La personne et le lieu dans les Pyrénées occidentales. Aux origines médiévales du système à maisons.
2011
Benoît Cursente

Extrait de : "Écrire le nom (édition électronique)"
Sous la direction de Benoît Cursente et Marie-Rose Simoni-Aurembou ; 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009

Marija Stankovska-Tzamali, Didier Panfili, Patrice Beck, Benoît Cursente, Bernadette et Philippe Rossignol, Michel André Rateau, Jean-Claude Bouvier, Xavier Ravier, Sébastien Nadiras

Éditions du CTHS
2011
p. 47-55
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La région ouest pyrénéenne, sur son versant nord, est marquée par la prégnance d’une société à maisons que l’on voit fonctionner au plein jour du xvie au xixe siècle. Une telle société se caractérise par la subordination du principe de parentèle au principe de résidence. Les cadets s’effacent de l’héritage devant l’aîné, et le nom de la famille s’efface devant le nom de la maison. Cette contribution pose la question des origines médiévales de ce système. Le Béarn constitue une zone laboratoire privilégiée en raison de la présence conjuguée, pour les deux derniers siècles du Moyen Âge, d’un fonds de notaires et d’un dénombrement systématique des maisons. L’analyse de cette documentation permet de penser que le système à maisons a émergé par osmose avec l’organisation féodale et qu’il a mis longtemps à être adopté, puis intériorisé, par l’ensemble de la population.