Héros oubliés, héros méconnus, héros déchus : ce que disent les noms de rues
2011
Jean-Claude Bouvier

Extrait de : "Écrire le nom (édition électronique)"
Sous la direction de Benoît Cursente et Marie-Rose Simoni-Aurembou ; 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009

Marija Stankovska-Tzamali, Didier Panfili, Patrice Beck, Benoît Cursente, Bernadette et Philippe Rossignol, Michel André Rateau, Jean-Claude Bouvier, Xavier Ravier, Sébastien Nadiras

Éditions du CTHS
2011
p. 82-99
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’étude des noms de rue pour l’ensemble de la France révèle que la célébration des héros, ceux de la République en particulier, présente des formes très diverses : épuration toponymique dans certaines circonstances, sous le régime de Vichy par exemple, ou plus près de nous censure de certains héros honorés en leur temps, tels que Thiers, Alexis Carrel... ; retards dans l’hommage toponymique, comme ce fut le cas, dans un domaine certes culturel, mais fortement politisé, à Aix pour Cézanne et Zola, ou à Grenoble pour Stendhal ; ou encore relégation dans des espaces moins honorables de la commune. L’étude donnera quelques exemples, s’attachera à commenter la fréquence et la répartition de certaines dénominations, du domaine politique, culturel et sportif, dans l’espace français et aura ainsi pour objectif de montrer quel est l’intérêt de la toponymie urbaine pour une bonne compréhension de l’histoire, locale ou nationale.