La musique religieuse en Nouvelle-France et l'édification d'une société
2011
Jean-Pierre Pinson

Extrait de : "Chant, musique, danse, instruments : échanges culturels entre Nouvelle et Ancienne-France (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Barbara Le Gonidec ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Jean-Pierre Pinson, Élisabeth Gallat-Morin, Gilles Plante, Linda Guidroux
2011
p. 9-20
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L'étude de l'implantation et du développement de la Nouvelle-France (1608-1763) a donné lieu à de nombreux travaux historiques. Nous proposons ici d'ajouter à ces travaux un point de vue quelque peu différent. Nous croyons en effet que l'édification de la Nouvelle-France se fit aussi par la musique, avant tout par la musique religieuse, et plus précisément par la pratique du plain-chant. C'est dans cette pratique que nous croyons discerner certaines des principales assises de cette nouvelle société. La présente contribution relève quelques unes des caractéristiques de cette édification : après une période initiale où l'on dit plus que l'on ne chante, l'organisation des institutions religieuses reposera, entre autre, sur un chant abondamment pratiqué et enseigné, chant qui restera jusqu'au xxe siècle un des ciments les plus solides d'une société à part entière.