« À la recherche du temps passé » ou, de l'Hexagone à l'Outre-mer : l'ethnomusicologie de la France au Musée national des arts et traditions populaires
2011
Marie-Barbara Le Gonidec

Extrait de : "Chant, musique, danse, instruments : échanges culturels entre Nouvelle et Ancienne-France (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Barbara Le Gonidec ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Jean-Pierre Pinson, Élisabeth Gallat-Morin, Gilles Plante, Linda Guidroux
2011
p. 35-52
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’ethnomusicologie de la France naît avec la création du département de la musique en 1937 au Musée national des arts et traditions populaires. Jusqu'aux années 1980, ses chercheurs « maison » auront le quasi monopole dans cette discipline, à savoir la responsable du service, Claudie Marcel-Dubois, et Maguy Pichonnet-Andral qui devient son assistante en 1946. Pour elles, il s'agit surtout au début, dans une France déjà gagnée par l’industrialisation et l’urbanisation, de mettre en place une sorte d’ethnologie d’urgence des traditions rurales, rendues fondamentales par leur ancienneté. La musique et le contexte de ses pratiques sont d’ailleurs souvent étudiés dans les zones qui semblent être des « conservatoires de traditions » en raison de leur isolement, tels la Basse-Bretagne ou les Monts d’Auvergne. Après la révolution culturelle de 1968 qui engendre de nouveaux courants, tels que le folk et le revival venus des USA, elles se tournent de manière privilégiée vers les terrains francophones du continent américain (Louisiane, Québec puis Antilles) à la recherche des origines d’une musique déjà disparue dans l’hexagone. Dans ces musiques « françaises » arrivées sur le continent américain avec les différentes vagues de migrants aux xviiie, xixe et xxe siècles, véritables « isolats de culture française », ces chercheurs espèrent trouver les « racines » disparues sur l'Hexagone et comprendre les métissages et transformations subies localement. Cet article, à partir d'un historique des terrains effectués de ces deux chercheurs et de certains de leurs écrits essaye de montrer quelles sont les motivations qui ont déterminé ces choix dans leurs dernières années de carrière.