Maîtres, étudiants et chanoines orléanais au temps du Grand Schisme d’Occident : l’apport des rôles de suppliques de l’université d’Orléans (1378-1403)
2011
Charles Vulliez

Extrait de : "La Construction de la mémoire : de l'hommage posthume à la prosopographie (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Françoise Lainé, Hélène Millet, Willy Morice, Vincent Tabbagh, Laurent Vallière, Charles Vulliez
Éditions du CTHS
2011
p. 39-54
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les rôles (rotuli) de suppliques bénéficiales, c’est-à-dire de demande de bénéfices ecclésiastiques, qui se sont multipliés au temps de la papauté d’Avignon et surtout à l’époque du Grand Schisme d’Occident, font – depuis les savants travaux, entre autres, de Lucie Fossier, Hélène Millet, Jacques Verger, etc. – partie de l’arsenal de base des études prosopographiques concernant les universités médiévales et les églises locales au Moyen Âge tardif.
Nous nous proposons ici, en nous appuyant sur le corpus constitué par les six rotuli (totalisant plus de 2 200 suppliques) adressés, de 1378 à 1403, aux papes Clément VII puis Benoît XIII par l’université d’Orléans, de tenter d’apprécier et de « quantifier » l’apport de ce type de documents à la connaissance et à la prosopographie de ses maîtres, de ses étudiants et des personnels des communautés canoniales orléanaises (ville et diocèse). L’approche a été menée de manière concomitante et comparative et à la fois au niveau méthodologique et au niveau de l’analyse statistique des résultats obtenus. On s’est efforcé aussi de mettre en lumière, dans la mesure du possible, les éléments d’évolution qui peuvent être relevés pendant les vingt-cinq années qui séparent les rotuli extrêmes envisagés.