Les relations entre voyageurs et sociétés locales à travers l’exemple des îles bretonnes (1850-1914)
2011
Karine Salomé




Extrait de : "Perception de l'altérité culturelle et religieuse (édition électronique)"
Sous la direction de Liliane Kuczynski et Claudine Vassas ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Françoise BAYARD, Karine SALOME, Gérard BODE, Michel RASPAUD, Özkan BARDAKCI, Jean-Pierre FARGANEL, Xavier CORDE, Caroline LEHNI, Marie-Pierre DAUSSE, Corinne MARACHE, Emmanuel FILHOL, John Patrick GREENE, Eric ROULET, Liliane KUCZYNSKI, Jacques de CAUNA
Paris, Éditions du CTHS
2011
p. 25-35
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dans la seconde moitié du xixe siècle, les îles bretonnes sont confrontées au développement du tourisme. À partir de cet exemple, il importe d’envisager les liens qui se nouent entre les communautés locales et les voyageurs. L’appréhension de ces relations est rendue malaisée par la nature des sources disponibles. Si les récits de voyage se révèlent particulièrement éloquents, les délibérations et les correspondances municipales qui permettent de cerner l’attitude des insulaires s’avèrent beaucoup moins disertes. En dépit de ces difficultés, il paraît possible de cerner les attentes et les comportements des visiteurs, qui, dans bien des cas, se mettent en quête d’individus dont ils espèrent des confidences, savourent les rencontres et la familiarité qui s’ensuit. Une certaine retenue pèse toutefois sur leurs récits. Dans le même temps, les sociétés locales oscillent entre indifférence et hostilité, admiration et rejet. Les liens, qui relèvent souvent de l’implicite, se montrent d’une grande complexité.