« Exotisme intérieur » et langue régionale : la perception de la langue bretonne par les écrivains et l’Administration française au XIXe siècle
2011
Gérard Bodé

Extrait de : "Perception de l'altérité culturelle et religieuse (édition électronique)"
Sous la direction de Liliane Kuczynski et Claudine Vassas ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Françoise BAYARD, Karine SALOME, Gérard BODE, Michel RASPAUD, Özkan BARDAKCI, Jean-Pierre FARGANEL, Xavier CORDE, Caroline LEHNI, Marie-Pierre DAUSSE, Corinne MARACHE, Emmanuel FILHOL, John Patrick GREENE, Eric ROULET, Liliane KUCZYNSKI, Jacques de CAUNA
Paris, Éditions du CTHS
2011
p. 36-44
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En complément des archives administratives conservées dans les dépôts publics, les témoignages et souvenirs de voyages des écrivains du xixe siècle permettent d’appréhender le phénomène linguistique particulier de la Basse-Bretagne. On ressent aussi, à partir de la publication de Pêcheurs d’Islande de Pierre Loti, en 1886, une modification progressive de l’image traditionnelle de la Bretagne qui, de terroir arriéré aux mœurs rétrogrades devient une terre exotique protégée des empreintes abusives de la civilisation. L’article confronte ces témoignages d’écrivains et d’artistes écrits entre 1830 et 1900 aux sources officielles émanant d’enquêtes du ministère de l’Instruction publique pour tenter de saisir la vision de la langue bretonne, et par extension de la Bretagne bretonnante afin d’évaluer les modifications de perspectives et l’appréhension de la réalité de la survivance d’une langue minoritaire dans un État centralisé.