Les Rébellions de 1837-1838 dans l’ère des révolutions
2012
Serge Bianchi

Extrait de : "Transferts culturels de part et d'autre de l'Atlantique : Europe, Canada, Amérique (édition électronique)"
Sous la direction de Bernard Gallinato-Contino ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Aurélio Ayala, Serge Bianchi, Stéphanie Danaux, Arnaud Decroix, Jean-François de Raymond, Edith Fagnoni, Nicolas Hatzfeld, Gwenaële Rot, Alain Michel, Michel Julien Olivier Hoibian, Denis Jallat, Sabine Kraus, Gwénaël Lamarque, Brigitte Nadeau, Nathalie Pelier
Paris, éditions du CTHS
2012
p. 17-31

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En 1837 et 1838, des rébellions se déclenchent dans la province du Bas-Canada (le Québec) contre les abus du gouvernement britannique, à partir de mouvements dirigés par des « patriotes » (Papineau) et des radicaux. Des rassemblements à la lutte armée, les revendications et les pratiques politiques constituent une page importante de l'histoire politique canadienne. Les événements sont connus en France par les récits de voyage, la presse, les débats parlementaires. Les références à l'histoire (La Révolution française) et à l'actualité de la France sont également présentes dans les programmes et les luttes des » rebelles ». Nous envisagerons, en complément des recherches d'Aurélio Ayala, les caractères originaux de ces luttes : approches de « partis », troupes, pratiques, symboles, théories de complots. L'interprétation portera ensuite sur la nature politique, religieuse et sociale des rébellions, sur leur place dans l'« ère des révolutions », sur l'historiographie et les traces dans la mémoire collective. Des regards croisés sur les relations historiques et culturelles entre les deux espaces (France et Bas-Canada) peuvent enrichir les connaissances relatives à leurs échanges, aux contradictions de la monarchie de Juillet et au renforcement de la tutelle britannique sur les minorités francophones.