Transferts culturels et construction symbolique des territoires, France – Amérique (États-Unis), une fascination mutuelle ?
2012
Edith Fagnoni

Extrait de : "Transferts culturels de part et d'autre de l'Atlantique : Europe, Canada, Amérique (édition électronique)"
Sous la direction de Bernard Gallinato-Contino ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Aurélio Ayala, Serge Bianchi, Stéphanie Danaux, Arnaud Decroix, Jean-François de Raymond, Edith Fagnoni, Nicolas Hatzfeld, Gwenaële Rot, Alain Michel, Michel Julien Olivier Hoibian, Denis Jallat, Sabine Kraus, Gwénaël Lamarque, Brigitte Nadeau, Nathalie Pelier
Paris, éditions du CTHS
2012
p. 64-76

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les mobilités touristiques alimentent les transferts culturels entre les lieux. Les dynamiques sur lesquelles repose l’attractivité touristique sont considérables. Quelle lecture du tourisme entre l’Amérique du Nord (États-Unis) et la France ? Cette question est abordée à travers une double lecture des transferts culturels alimentant pour chacune d’elle une construction symbolique des territoires. En premier lieu, un solide courant d’échanges intellectuels entre l’Amérique du Nord et la France a logiquement engendré un développement « traditionnel » de la fréquentation touristique basé sur des sites historiques et nourri d’images « clichées ». Ceci a suscité une attraction très forte pour le modèle français, amplifiée par la contribution américaine à la rénovation et la valorisation de sites culturels prestigieux en France. Parallèlement à cette forme de pénétration de la culture française en Amérique, on a assisté, depuis l’après Seconde Guerre mondiale, à la pénétration d’un modèle américain dans de nombreux domaines culturels. L’exemple de l’aménagement de Disneyland se présente comme un « implant » symbolisant à la fois l'américanisation de la planète et une certaine conception des loisirs, de la société et de l'entreprise. Ces courants culturels permettent d’alimenter une réflexion géographique sur lieu et non-lieu : les territoires construisent-ils les identités ou les identités construisent-elles les territoires ?