Influence des théories du retour à l’ordre de Maurice Denis sur le discours de Charles Maillard, directeur de l’École des beaux-arts de Montréal de 1925 à 1945
2012
Brigitte Nadeau

Extrait de : "Transferts culturels de part et d'autre de l'Atlantique : Europe, Canada, Amérique (édition électronique)"
Sous la direction de Bernard Gallinato-Contino ; 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec 2008

Aurélio Ayala, Serge Bianchi, Stéphanie Danaux, Arnaud Decroix, Jean-François de Raymond, Edith Fagnoni, Nicolas Hatzfeld, Gwenaële Rot, Alain Michel, Michel Julien Olivier Hoibian, Denis Jallat, Sabine Kraus, Gwénaël Lamarque, Brigitte Nadeau, Nathalie Pelier
Paris, éditions du CTHS
2012
p. 132-148

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Un lien étroit existe entre le retour à l’ordre français et la conception de l’art au Québec dans l’entre-deux-guerres. Charles Maillard (1887-1973) s’appuie en effet sur les théories de Maurice Denis (1870-1943) pour diriger l’enseignement à l’École des beaux-arts de Montréal de 1925 à 1945. Les discours des deux artistes ont en commun la référence au classicisme qui donne la base de la formation technique tout en respectant la sensibilité de l’artiste, et le recours à la notion de primitivisme adaptée au nationalisme et au patriotisme de l’époque comme fondement des arts décoratifs et de la primauté du collectivisme sur l’individualisme. L’analyse d’œuvres du directeur et de ses élèves démontre l’introduction de valeurs modernes dans un milieu présenté par l’historiographie comme le lieu de l’académisme. Charles Maillard adapte les principes du retour à l’ordre aux besoins de la société canadienne, exerçant ainsi une influence notable sur l’orientation des arts au Québec.