L’archéologie et l’analyse du paysage : question de méthode ! ou Pourquoi l’archéologie s’intéresse-t-elle tant au paysage ?
2011
Philippe Fajon

Extrait de : "Le Paysage et l'Archéologie : méthodes et outils de la reconstitution des paysages (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Françoise Diot
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Frédéric Alexandre, Florian Basoge, Aymat Catafau, Émilie Cavanna, Christophe Cloquier, Tomaso Di Fraia, Philippe Fajon, Alain Génin, Michel Godron, Jean-Marc Hoeblich, Séverine Hurard, Michel Martzluff, Olivier Passarrius, François-Xavier Simon, Alain Tabbagh.
Éd. du CTHS
2011
p. 33-48
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En s’appuyant sur des exemples issus de l’archéologie des paysages, telle qu’elle est pratiquée en Haute-Normandie mais aussi dans d’autres régions, il est possible de proposer une ouverture interdisciplinaire qui fait encore souvent défaut. La prise en compte de certains outils méthodologiques utilisés par les paysagistes offre également de nouvelles perspectives afin que l’archéologue du paysage obtienne la propre lecture du paysage. La représentation qui pourra en être issue, indispensable pour répondre à la demande de paysage de notre société, ne sera pas portée par les scientifiques qui se contentent de fournir les données et de les discuter, mais par le paysagiste, qui, seul, dispose des outils de médiation indispensables.