Un outil de lecture des paysages anciens : la prospection géophysique. L’exemple de la nécropole Bronze final-Hallstatt de Sainte-Croix-en-Plaine, Nordfeld (Haut-Rhin)
2011
François-Xavier Simon, Florian Basoge et Alain Tabbagh

Extrait de : "Le Paysage et l'Archéologie : méthodes et outils de la reconstitution des paysages (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Françoise Diot
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Frédéric Alexandre, Florian Basoge, Aymat Catafau, Émilie Cavanna, Christophe Cloquier, Tomaso Di Fraia, Philippe Fajon, Alain Génin, Michel Godron, Jean-Marc Hoeblich, Séverine Hurard, Michel Martzluff, Olivier Passarrius, François-Xavier Simon, Alain Tabbagh.
Éd. du CTHS
2011
p. 49-64
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le site de Sainte-Croix-en-Plaine, Nordfeld (Haut-Rhin), de par la densité et la richesse de ses structures, est considéré comme un site original en région Alsace. Les données récentes de l’archéologie préventive rendent compte de cette richesse, mais ne sont fondées que sur une représentativité aléatoire des structures et limitées aux emprises des aménagements actuels, excluant ainsi une validation a posteriori des modèles d’occupation. Cette étude a donc pour objectif de mesurer l’apport complémentaire de différentes méthodes géophysiques sur un site de longue durée d’occupation humaine en contexte alluvial. Elle a permis de préciser le tracé d’un double fossé, de détecter la présence d’un chenal et de cartographier dans son ensemble la nécropole occupée du Bronze final au Hallstatt D. Ces apports renouvellent ainsi les schémas établis préalablement, et montrent qu’il est primordial de se fonder sur une approche de prospections interdisciplinaires pour l’étude des modèles d’occupation de l’espace.