Une approche de l’identification des paysages végétaux de la montagne alpine par la flore
2011
Alain Génin, Frédéric Alexandre et Michel Godron

Extrait de : "Le Paysage et l'Archéologie : méthodes et outils de la reconstitution des paysages (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Françoise Diot
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Frédéric Alexandre, Florian Basoge, Aymat Catafau, Émilie Cavanna, Christophe Cloquier, Tomaso Di Fraia, Philippe Fajon, Alain Génin, Michel Godron, Jean-Marc Hoeblich, Séverine Hurard, Michel Martzluff, Olivier Passarrius, François-Xavier Simon, Alain Tabbagh.
Éd. du CTHS
2011
p. 65-77
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La classification hiérarchique naturelle des paysages met l’accent sur la mesure et l’étude de l’hétérogénéité du couvert végétal à diverses échelles grâce à l’utilisation combinée des analyses multivariées et de l’analyse fréquentielle qui aboutit à des séries de calculs et d’analyses procurant ainsi des indications sur la structure de la végétation au long de transects. Ici, la partie la plus méditerranéenne du transect Baronnies-Mercantour (110 kilomètres), ensemble écologique complexe, peut être rattachée au type des paysages mésoméditerranéens, les segments suivants, en allant vers l’est, appartenant à la famille de paysage supraméditerranéenne, etc. L’analyse de la structure verticale et horizontale à plusieurs échelles des paysages végétaux doit se combiner à d’autres aspects (mesure de la diversité locale et de la diversité spatiale ; identification des mécanismes de régénération de la végétation et de maintien de la fertilité des sols, etc.), et alors cette classification hiérarchique naturelle des paysages végétaux rejoint celle du développement durable des territoires.