Adamantios Coray (1748-1833), grec de Smyrne, parisien d’adoption, un philologue engagé
2012
Germaine Aujac

Extrait de : "Les Oubliés de l'histoire (édition électronique)"
Sous la direction de Régis Bertrand et Jean Duma
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Germaine Aujac, Armelle Bonin-Kerdon, Mylène Costes, Pascal Even, Xavier Gélinas, Stéphane Gomis, Jacqueline Goy, Marie-Claire Groessens-Van Dyck, Monique Gros, Roger Hanoune, Albert Hesse, Aurore Hillairet, Olivier Justafré, Katia Khemache, Gillette Labory, Philippe Mainterot, Maurice Messiez, Catherine Ngefan, Nathalie Pelier, Monique Pelletier, Gilbert Pilleul, Jacques Puyaubert, Michel Tanase, Hervé Terral, Anne-Marie Touzard, Claudy Valin, Olivier Vernier, Régis Verwimp, Michèle Virol, Jean-Roger Wattez
Éditions du CTHS
2012
p. 13-22
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Adamantios Coray (1748-1833), né dans une famille de commerçants en soie originaire de Chio mais établie à Smyrne, avait peu de goût pour le commerce et supportait mal le joug ottoman. Venu à Montpellier en 1782, il y obtint le titre de médecin, puis s’installa à Paris, « la nouvelle Athènes », en 1788, et y demeura jusqu’à sa mort. Persuadé que seul le développement de l’instruction serait capable de redonner aux Grecs le goût de la liberté et le courage de secouer le joug turc, il entreprit l’édition des principaux auteurs de la Grèce ancienne, avec introduction et notes en grec moderne. Cette Bibliothèque hellénique, ses diverses traductions (Hippocrate, Strabon, etc.), ses adresses à ses compatriotes, ses efforts pour créer ou enrichir des bibliothèques, sa volumineuse correspondance, montrent en Coray non seulement un philologue respecté de ses contemporains, français ou étrangers, mais aussi un militant acharné pour la cause de l’indépendance grecque, et ce malgré une santé précaire et des conditions de vie souvent difficiles.