Paul Monthé, un acteur du commerce euro-camerounais dans les années 1960-1970
2012
Catherine Ngefan

Extrait de : "Les Oubliés de l'histoire (édition électronique)"
Sous la direction de Régis Bertrand et Jean Duma
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Germaine Aujac, Armelle Bonin-Kerdon, Mylène Costes, Pascal Even, Xavier Gélinas, Stéphane Gomis, Jacqueline Goy, Marie-Claire Groessens-Van Dyck, Monique Gros, Roger Hanoune, Albert Hesse, Aurore Hillairet, Olivier Justafré, Katia Khemache, Gillette Labory, Philippe Mainterot, Maurice Messiez, Catherine Ngefan, Nathalie Pelier, Monique Pelletier, Gilbert Pilleul, Jacques Puyaubert, Michel Tanase, Hervé Terral, Anne-Marie Touzard, Claudy Valin, Olivier Vernier, Régis Verwimp, Michèle Virol, Jean-Roger Wattez
Éditions du CTHS
2012
p. 69-80
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Ancienne colonie allemande, le Cameroun est placé sous mandat de la France et de la Grande-Bretagne par la Société des nations en 1916. Au cours du mandat – qui s’étend jusqu’en 1939 –, la chambre de commerce du Cameroun est créée en 1921. Elle est administrée par des Français jusqu’en 1960, date de l’indépendance. Premier président camerounais de la chambre du commerce, des mines et de l’industrie du Cameroun, Paul Monthé a joué un rôle remarquable dans la vulgarisation des produits camerounais sur la scène européenne. Le pays devenu indépendant devait faire connaître ses produits agricoles, miniers et ses atouts touristiques aux divers pays d’Europe avec lesquels il envisageait d’entretenir des relations commerciales. Un moyen efficace d’y parvenir était la participation aux foires-expositions internationales qui se tenaient dans diverses places fortes de l’économie européenne. Acteur économique, Paul Monthé s’attelle à cette tâche.