Des notables au service de la cité ; les membres du conseil de l’aumône de l’hôpital général de La Rochelle
2012
Pascal Even

Extrait de : "Les Oubliés de l'histoire (édition électronique)"
Sous la direction de Régis Bertrand et Jean Duma
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Germaine Aujac, Armelle Bonin-Kerdon, Mylène Costes, Pascal Even, Xavier Gélinas, Stéphane Gomis, Jacqueline Goy, Marie-Claire Groessens-Van Dyck, Monique Gros, Roger Hanoune, Albert Hesse, Aurore Hillairet, Olivier Justafré, Katia Khemache, Gillette Labory, Philippe Mainterot, Maurice Messiez, Catherine Ngefan, Nathalie Pelier, Monique Pelletier, Gilbert Pilleul, Jacques Puyaubert, Michel Tanase, Hervé Terral, Anne-Marie Touzard, Claudy Valin, Olivier Vernier, Régis Verwimp, Michèle Virol, Jean-Roger Wattez
Éditions du CTHS
2012
p. 115-128
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les administrateurs de l’hôpital général de La Rochelle qui devient, au cours du XVIIIe siècle, le pivot de l’organisation hospitalière et charitable de la cité, se recrutent parmi les représentants des principales compagnies de la cité, le chapitre, le présidial puis le corps de ville à partir de son rétablissement en 1694. Mais à côté de ces représentants institutionnels au sein du conseil de l’aumône qui préside aux destinées de l’établissement, les lettres patentes accordées à ce dernier prévoient la désignation de membres cooptés choisis parmi les négociants et juristes de la ville, en raison de leurs capacités de gestionnaires et du soutien qu’ils peuvent apporter dans la gestion de l’hôpital, qu’il s’agisse d’assurer les approvisionnements de la maison, de défendre ses intérêts ou encore de placer les enfants de l’hôpital sur les navires marchands comme mousses.
Le conseil de l’aumône apporte en effet un grand soin dans le choix de ses membres cooptés et il trouvera de fait dans ces administrateurs bénévoles de réelles compétences. La désignation des membres de droit traduit également l’implication des institutions qu’ils représentent dans le fonctionnement de l’hôpital général même si leurs intérêts diffèrent souvent. En tout état de cause, par ces désignations ou ces choix, c’est une large partie des élites de la cité qui est associée à la gestion de l’hôpital général. Les conditions de la participation de ces notables au fonctionnement du conseil de l’aumône font l’objet de la présente étude, qui met l’accent sur les succès et les difficultés rencontrés dans leur collaboration.