Ces méconnus qui ont fondé la Nouvelle-France
2012
Gilbert Pilleul

Extrait de : "Les Oubliés de l'histoire (édition électronique)"
Sous la direction de Régis Bertrand et Jean Duma
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Germaine Aujac, Armelle Bonin-Kerdon, Mylène Costes, Pascal Even, Xavier Gélinas, Stéphane Gomis, Jacqueline Goy, Marie-Claire Groessens-Van Dyck, Monique Gros, Roger Hanoune, Albert Hesse, Aurore Hillairet, Olivier Justafré, Katia Khemache, Gillette Labory, Philippe Mainterot, Maurice Messiez, Catherine Ngefan, Nathalie Pelier, Monique Pelletier, Gilbert Pilleul, Jacques Puyaubert, Michel Tanase, Hervé Terral, Anne-Marie Touzard, Claudy Valin, Olivier Vernier, Régis Verwimp, Michèle Virol, Jean-Roger Wattez
Éditions du CTHS
2012
p. 153-159
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La commémoration du 250e anniversaire de la fin de la guerre de Sept Ans, oublié en France aujourd’hui, a fait débat au Québec. Comment rendre compte de l’indifférence, en France, à l’égard de l’histoire de l’Amérique française ? Jusqu’à la conquête anglaise, c’est entre la France et le Québec une histoire commune et celle de la présence de francophones en Amérique du Nord. Des champs d’études nombreux et riches d’enseignements devraient retenir l’attention.
Divers travaux de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs ont pour objectif le réveil de la mémoire collective à propos non seulement de la guerre de Sept Ans, mais plus largement de celle de la Nouvelle-France, même si les obstacles qui poussent à l’oubli sont ici beaucoup plus dirimants que dans le cas par exemple de la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, l’histoire des Français, fondateurs du Canada, rejoignant l’histoire mondiale des migrations, n’a donné lieu à aucun récit du genre épique, qui aurait pu mieux entretenir son souvenir. Il reste une histoire de la découverte par les Français du Nouveau Monde, qui ne fut pas toujours synonyme de rejet de l’autre.