Célébrer les mérites civils aux débuts des Trente Glorieuses : les ordres ministériels sous la IVe République (1948-1958)
2012
Olivier Vernier

Extrait de : "Les Oubliés de l'histoire (édition électronique)"
Sous la direction de Régis Bertrand et Jean Duma
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Germaine Aujac, Armelle Bonin-Kerdon, Mylène Costes, Pascal Even, Xavier Gélinas, Stéphane Gomis, Jacqueline Goy, Marie-Claire Groessens-Van Dyck, Monique Gros, Roger Hanoune, Albert Hesse, Aurore Hillairet, Olivier Justafré, Katia Khemache, Gillette Labory, Philippe Mainterot, Maurice Messiez, Catherine Ngefan, Nathalie Pelier, Monique Pelletier, Gilbert Pilleul, Jacques Puyaubert, Michel Tanase, Hervé Terral, Anne-Marie Touzard, Claudy Valin, Olivier Vernier, Régis Verwimp, Michèle Virol, Jean-Roger Wattez
Éditions du CTHS
2012
p. 173-182
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Poursuivant une volonté de distinguer les citoyens initiée sous la IIIe République, à l’issue de la guerre et pendant les débuts des Trente Glorieuses, la IVe République développe une politique de création d’ordres ministériels – exception quasi unique en Europe –, se surajoutant aux médailles d’honneur. Instruments d’accession à la notoriété, voire de reconnaissance de l’excellence professionnelle, la communication basée sur des sources archivistiques (Archives nationales, chancellerie de la Légion d’honneur, archives départementales), sur des sources imprimées (Bulletin officiel des décorations et médailles) et sur la littérature phaléristique, se veut une évocation de la création et de la montée en puissance de ces ordres décernés aux vivants, et une étape dans le processus de notabilisation sociale avec un double primat : soutenir l’œuvre de reconstruction et légitimer le rôle de l’administration par des distinctions qui vont du Mérite artisanal (1948) au Mérite saharien (1958).