Promesses et pièges de la biographie dans un contexte d’exposition. Le cas de Tête-à-tête – La Salle des personnalités canadiennes, au Musée canadien des civilisations
2012
Xavier Gélinas

Extrait de : "Les Oubliés de l'histoire (édition électronique)"
Sous la direction de Régis Bertrand et Jean Duma
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Germaine Aujac, Armelle Bonin-Kerdon, Mylène Costes, Pascal Even, Xavier Gélinas, Stéphane Gomis, Jacqueline Goy, Marie-Claire Groessens-Van Dyck, Monique Gros, Roger Hanoune, Albert Hesse, Aurore Hillairet, Olivier Justafré, Katia Khemache, Gillette Labory, Philippe Mainterot, Maurice Messiez, Catherine Ngefan, Nathalie Pelier, Monique Pelletier, Gilbert Pilleul, Jacques Puyaubert, Michel Tanase, Hervé Terral, Anne-Marie Touzard, Claudy Valin, Olivier Vernier, Régis Verwimp, Michèle Virol, Jean-Roger Wattez
Éditions du CTHS
2012
p. 263-272
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La représentation de la biographie dans un contexte muséal comporte d’indéniables avantages pour la diffusion de l’histoire auprès d’un grand public, mais elle s’accompagne de pièges et de dilemmes intellectuels et pratiques : élitisme, glorification, représentativité, participation effective des visiteurs, disponibilité et usage des collections, écarts entre une « offre » didactique et une « demande » ludique, sélectivité et concision... À titre de commissaire de l’exposition permanente « Tête-à-tête – La Salle des personnalités canadiennes », inaugurée en 2007 au Musée canadien des civilisations (Gatineau, Québec), nous proposons une réflexion sur quelques-uns de ces atouts et de ces périls.