D’une rive à l’autre de la Méditerranée, XIIe-XVe siècle, objet hérité et objet transporté. L’exemple de la Sicile
2012
Henri Bresc

Extrait de : "La Langue française, vecteur d'échanges culturels (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-José Dalbera-Stefanaggi et Marie-Rose Simoni-Aurembou
133e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec, 2008
Textes de Melissa Barkat-Defradas, Henri Bresc, Jean-Philippe Dalbera, Marie-José Dalbera-Stefanaggi, Rachida El Ghannami, Jacques Fortin, Sanda Golopentia, Amélie Hamel, Fabrice Jejcic, Geneviève Joncas, Élisabeth Motte-Florac, Caroline Piquet, Bernard Rollet, Marie-Rose Simoni-Aurembou, Christiane Villain-Gandossi
Éd. du CTHS
2012
p. 5-15
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les contacts entre les rives de la Méditerranée, multipliés par les reconquêtes des XIe, XIIe et XIIIe siècles, ont entraîné l’adoption réciproque, limitée et volontaire, d’éléments du cadre matériel et du style de vie. La Sicile offre cependant un espace original, marqué par un véritable métissage des aristocraties. Cet article envisage le double héritage, arabe et byzantin, du XIIe siècle. Elle décrit ensuite la circulation des objets de la vie matérielle et leur confluence depuis l’Europe du Nord et depuis la rive sud de la Méditerranée. Elle insiste enfin sur la fonction de certains de ces objets dans la définition et dans la pratique d’une distinction aristocratique, opposant le luxe septentrional, marqué par la cherté et l’élégance, et l’austérité arabe, caractérisée par l’exotisme et qui exerce une fascination durable sur une noblesse militaire précocement gagnée au style de vie oriental par sa fidélité aux modèles littéraires de l’épopée et du roman courtois.