L’écriture de l’acadien : graphies et systèmes, d’après la Causerie memramcookienne de Pascal Poirier (1852-1933)
2012
Fabrice Jejcic

Extrait de : "La Langue française, vecteur d'échanges culturels (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-José Dalbera-Stefanaggi et Marie-Rose Simoni-Aurembou
133e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec, 2008
Textes de Melissa Barkat-Defradas, Henri Bresc, Jean-Philippe Dalbera, Marie-José Dalbera-Stefanaggi, Rachida El Ghannami, Jacques Fortin, Sanda Golopentia, Amélie Hamel, Fabrice Jejcic, Geneviève Joncas, Élisabeth Motte-Florac, Caroline Piquet, Bernard Rollet, Marie-Rose Simoni-Aurembou, Christiane Villain-Gandossi
Éd. du CTHS
2012
p. 55-72
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Tout enregistrement graphique d’un parler à tradition orale pose le problème d’une bonne adéquation entre graphèmes et phonèmes. L’absence d’un système graphique normé permet de cultiver le mythe de l’illettré et de l’inculte dont la parole « sauvage » écrite se trouve ainsi doublement stigmatisée : au mépris de l’oral s’ajoute le mépris de la forme écrite. Cette prégnance idéologique a trop longtemps occulté l’analyse de la variation linguistique, et des « orthographes dialectales » en particulier. Aujourd’hui, l’écriture des patois et des parlures locales doit être considérée comme un témoignage graphique de l’oral d’où remontent les saveurs de la parole et de la culture du terroir.
À partir du corpus de la Causerie memramcookienne, nous nous interrogerons sur le sens de ces écritures. Leur valorisation culturelle apporte des éléments de réflexion et de contraste quant aux recherches sociolinguistiques actuelles sur la diversité, la représentation et la spécificité de la langue française en Amérique du Nord, dont l’acadien est l’une des variantes identifiées.