Une famille méconnue : les Gain-Rouch
2012
Marie-Isabelle Merle Des Isles

Extrait de : "Mémoire familiale, objets et économies affectives"
Sous la direction de Tiphaine Barthélémy et Joël Candau
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Frédéric Balard, Françoise Bayard, Julien Bernard, Véronique Dassié, Maïté Etchechoury, Dominique Frère, Nathalie Gintzburger, Marie-Isabelle Merle Des Isles, Laurent Regard, Émilie Sureau, Romain Thomas
Éditions du CTHS
2012
p. 45-57
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En 2001, la demande d’un professeur de Papeete spécialiste de la Polynésie recherchant des documents sur un certain André Gain, auteur de Au jardin des mers (1942), m’a fait exhumer les archives oubliées de mon beau-père Pierre Gain, son frère. J’ai découvert, outre André, quatre scientifiques-explorateurs : Gustave Gain, leur père (1876-1945), chimiste, professeur au Muséum d’histoire naturelle et photographe d’autochromes, son frère Louis (1883-1963), naturaliste de Charcot dans l’Antarctique en 1908-1910, leur beau-frère Jules Rouch (1884-1974), officier de marine de Charcot, météorologue et écrivain, et son fils Jean Rouch (1917-2004), le célèbre cinéaste-etnologue. Commence alors une aventure qui m’a conduite du Cap Horn au Niger, puis de musées en musées, mettant en lumière des fonds exceptionnels : plus de 20 000 photographies, 120 films, des livres, communications et articles de presse. Huit ouvrages, de nombreuses expositions et conférences m’ont amenée à sortir de l’oubli cette famille aujourd’hui éteinte.