Couple, descendance, parentèle et mémoire : les médailles de noces d’or et de noces d’argent de l’élite des Provinces-Unies au Siècle d’or
2012
Romain Thomas

Extrait de : "Mémoire familiale, objets et économies affectives"
Sous la direction de Tiphaine Barthélémy et Joël Candau
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Frédéric Balard, Françoise Bayard, Julien Bernard, Véronique Dassié, Maïté Etchechoury, Dominique Frère, Nathalie Gintzburger, Marie-Isabelle Merle Des Isles, Laurent Regard, Émilie Sureau, Romain Thomas
Éditions du CTHS
2012
p. 71-85
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les médailles de noces d’or et de noces d’argent des patriciens citadins hollandais au XVIIe siècle, étudiées en conjonction avec des sources visuelles ou textuelles associées, et analysées par des méthodes statistiques et microhistoriques, révèlent l’élaboration lors de ces fêtes familiales d’une économie de la mémoire. Instruments d’un échange symbolique entre les aïeux et leurs invités, elles sont le lieu matériel du souvenir à conserver. Ces médailles semblent renvoyer, toutes, à un ensemble de valeurs récurrentes : l’apologie d’un couple existant et de sa fécondité, c’est-à-dire le modèle d’une vie conjugale conforme à la morale réformée du mariage. La prépondérance de la descendance honorée sur la parentèle qui la célèbre dénote la vision spécifique que se faisaient ces élites de leur propre groupe familial.