Les objets du cœur des personnes très âgées : des objets pour faire face à la vieillesse et à la mort
2012
Frédéric Balard

Extrait de : "Mémoire familiale, objets et économies affectives"
Sous la direction de Tiphaine Barthélémy et Joël Candau
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de Frédéric Balard, Françoise Bayard, Julien Bernard, Véronique Dassié, Maïté Etchechoury, Dominique Frère, Nathalie Gintzburger, Marie-Isabelle Merle Des Isles, Laurent Regard, Émilie Sureau, Romain Thomas
Éditions du CTHS
2012
p. 89-100
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les personnes très âgées constituent aujourd’hui une population qui connaît une expansion démographique très importante. Les sujets de cette recherche, nés entre 1910 et 1915, sont des individus fragiles. Cette fragilité n’est pas seulement physiologique, elle est aussi sociale, culturelle et identitaire. Les « objets du cœur » n’ont pas nécessairement de fonction matérielle dans le quotidien des personnes très âgées. Il s’agit de photographies, d’objets personnels porteurs d’affects et de sens. Ils contribuent au bien-vieillir dans la mesure où ils font le lien entre le passé et le présent, et préservent l’identité. Ils donnent des repères aux personnes très âgées qui ressentent un décalage entre « leur temps » et le présent. Enfin, certains de ces objets ont un rôle fondamental dans la fin de vie, soit qu’ils facilitent le passage dans l’au-delà, soit qu’ils transcendent la mort.