Le président Paul Magnaud : de la gloire à l’oubli
2012
Françoise Jupeau Requillard

Extrait de : "Être reconnu en son temps : personnalités et notables (édition électronique)"
Sous la direction de Maurice Hamon et Ange Rovère
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Éditions du CTHS
2012
p. 223-232
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le juge Paul Magnaud (1848-1926), président du tribunal de Château-Thierry, devient brusquement célèbre en 1898 à propos du jugement d’un banal vol de pain, dont L’Aurore, dès le lendemain, fait sa une. Qui transmit le jugement à ce journal ? Pourquoi tant de remous à propos de celui-ci ?
M.?Magnaud devient célèbre dans le monde entier. Il connaît alors la gloire, qui se manifeste de multiples façons (photos, presse, beaux-arts et belles-lettres), mais aussi la haine qui brise les carrières. Pourquoi cette haine ? Parce que Paul Magnaud dérange les idées reçues, les institutions, la magistrature ; parce qu’il construit une œuvre juridique cohérente et neuve ; parce qu’il se comporte en citoyen. Patriote ardent, républicain de « l’extrême avant-garde », pour sauver un siège de député, il cède aux instances de Clemenceau et se présente aux élections. À la Chambre, il échouera. Pourquoi ? Il mourra oublié, mais c’est maintenant que son œuvre vit.