Autour de la bataille de Kadech : image et texte dans les choix de la « propagande » religieuse et politique de Ramsès II
2012
Catherine Chadefaud

Extrait de : "Le Pouvoir de l'image (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-René Gaborit
132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Textes de Soufian Al Karjousli, Michel Baudat, Françoise Bayard, Florian Berrouet, Béatrice Beys, Jean-Christophe Blanchard, Jean-Guy Caumeil, Catherine Chadefaud, Claire-Lise Creissen, Gilbert-Robert Delahaye, Marie-Noële Denis, Bénédicte Estrade, Jean Flouret, Émilie Jaworski, Victor Lassalle, Anne Marle, Pascale Mormiche, Bernard Mossé
Éditions du CTHS
2012
p. 181-193
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Pendant le Nouvel Empire (1580-1085 av. J.-C) l’iconographie de Pharaon évolue à la faveur des conquêtes, tant en Nubie qu’en Asie. Sous le règne de Ramsès II, le roi utilise tous les espaces sacrés pour mettre en scène ses actions tant par les inscriptions que par les images (bas-relief et statuaire).
La bataille de Kadech (en Syrie, 1274 av. J.-C.) contre les Hittites fait l’objet d’un vaste programme de représentations dans plusieurs cités. Cinq temples d’Égypte figurent les variantes qui justifient l’exaltation de la vaillance du roi, médiateur des divinités et protecteur du pays. L’analyse de ces images montre l’enracinement de l’iconographie royale dans des traditions antérieures à Ramsès, liées dès l’Ancien Empire à la figuration des ennemis vaincus. D’autre part, des innovations insistent sur l’action de Ramsès soutenu par Amon-Rê. La vaillance du roi et l’intervention divine sauvegardent les frontières de l’empire et assurent la paix à la population.