Les compositeurs français et la Grande Guerre : formes et enjeux d’une mobilisation
2013
Patrice Marcilloux

Extrait de : "Temps de la guerre versus temps de la paix : l'expression musicale comme agent du lien social (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Barbara LE GONIDEC
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011

Marie-Barbara LE GONIDEC, Claude RIBOUILLAUT, Éric SAUDA, Patrice MARCILLOUX, Vanessa ALBERTI, Dima SABER et Walid El HOURI, Mylène PARDOEN
Paris, Éditions du CTHS
2013
p. 47-61
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La mobilisation de la musique et des musiciens au profit de l’effort de guerre demeure un aspect mal connu de la Première Guerre mondiale. En première analyse, la question de l’insertion du fait musical dans la culture de guerre peut être abordée par l’étude de l’attitude des grands compositeurs français face au conflit. Si l’on constate une certaine unanimité à vouloir faire son devoir et à participer physiquement au conflit, la diversité est de mise quand on regarde les œuvres et les catalogues. Tous ne composent spécifiquement pour ou sur la guerre. Ceux qui le font ont recours à une diversité de moyens et de formes, où prédomine néanmoins la mélodie. La question de la diffusion et de la réception de ces œuvres, aujourd’hui assez largement oubliées, mérite aussi d’être posée. Divers moyens permettent de l’envisager : chiffres de tirage des partitions, création et conditions de création, programmation sur la scène parisienne, indices de diffusion plus large, via d’éventuelles transcriptions, par exemple. Au total, c’est la question des articulations entre musique, politique et société qui est posée et celle de la validité des modèles interprétatifs qui ont pu être élaborés pour les intellectuels, les écrivains ou les artistes.