Un lieu paradoxal : le point de vue remarquable
2013
Patricia Limido-Heulot

Extrait de : "Analyse culturelle du paysage : penser le paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques
Textes de ‘Ada Acovitsióti-Hameau, Jean-Luc Bonniol, Catherine Broué, Sophie Chevalier, Gaëlle Crenn, Richard Dupuis, Patricia Limido-Heulot, Emmanuel Pezrès, Michel Tamine
2013
p. 55-64
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Je me propose de mener l’analyse d’un point de vue phénoménologique sur le statut singulier des « points de vue remarquables » en les considérant comme fils conducteurs pour clarifier le statut ontologique du paysage. En effet, ils offrent le paradoxe d’être des indicateurs de sites dont la valeur esthétique est donnée tour à tour comme objective et subjective, culturelle et universelle, historique et anhistorique. À ce titre, ils permettent de comprendre très simplement en quoi le paysage constitue, dans le lexique des phénoménologues, un objet intentionnel, c’est-à-dire un objet situé entre deux domaines ontologiques, la réalité et la subjectivité ; un objet qui, par son fondement physique, existe en soi-même dans le monde naturel et, en même temps, n’existe comme tel que lorsqu’il est appréhendé par les actes intentionnels d’un sujet récepteur qui en fait l’épreuve et le soumet à l’interprétation. L’analyse sera menée en discutant des thèses empruntées à Aristote (La Poétique), Erwin Straus (Du sens des sens) et à Roman Ingarden (Untersuchungen zur Ontologie der Kunst : Musikwerk, Bild, Architektur, Film).