Représentation de la montagne dans un manuel scolaire : Tit’Pom’
2013
Catherine Broué

Extrait de : "Analyse culturelle du paysage : penser le paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques
Textes de ‘Ada Acovitsióti-Hameau, Jean-Luc Bonniol, Catherine Broué, Sophie Chevalier, Gaëlle Crenn, Richard Dupuis, Patricia Limido-Heulot, Emmanuel Pezrès, Michel Tamine
2013
p. 125-141
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

René Jacquenet, instituteur puis inspecteur départemental, cocréateur de la revue littéraire les Cahiers des Alpes dans les années quarante, poète, peintre et sculpteur, serait resté méconnu en dehors de sa Savoie natale si les éditions Hachette n’avaient pas publié, en 1964, un livre de lecture courante signé de son nom qui, réédité plusieurs fois pour un tirage total de plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, fut utilisé durant plus de vingt ans dans les classes du cours élémentaire première année de nombre d’écoles primaires françaises, de métropole et d’outre-mer. Le héros de ce livre, Tit’ Pom’, a l’âge de ses lecteurs et les joues rebondies d’un solide petit montagnard. De ses yeux clairs comme l’eau des glaciers, il observe tout autour de lui. Rocs, plantes et animaux le protègent et lui dévoilent leurs secrets. Même Floconnette, la reine du Roc d’Argent qui commande à la tourmente, vient l’effleurer un jour de ses yeux de fée. Dans ce récit poétique qui s’inscrit en faux contre une vision exogène stéréotypée de la montagne, l’espace s’anime, les animaux parlent et la neige danse sans que le texte cède pour autant à la mièvrerie ou à la facilité du merveilleux : bien ancrées dans le réel, les descriptions sobres et justes révèlent aux enfants divers aspects de la vie dans un village de montagne au milieu du XXe siècle. Il s’en dégage une vision nuancée du paysage où s’imbriquent étroitement l’humain et le non-humain, le beau et l’inquiétant, le plaisir et le risque liés à la vie en montagne.