Combattre sur la côte bretonne au xvie siècle
2013
Pol Vendeville

Extrait de : "Combattre à l'époque moderne (édition électronique)"
Sous la direction de Bernard Gainot et Benjamin Deruelle
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Benjamin Deruelle, Paul Vo-Ha, Pascal Arnoux, François-Xavier Petit, Laurent Lemarchand, Guillaume Lasconjarias, Arnaud Guinier, Fadi El Hage, Nathalie Alzas, Pol Vendeville, Rémi Masson, Emilie Dosquet, Simon Surreaux
2013
p. 124-132
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dans la première moitié du xvie siècle, les attaques contre la côte bretonne ont été nombreuses. La défense de la façade maritime a donc nécessité la maîtrise du territoire par les responsables militaires. Cela passe par la reconnaissance du terrain, le renseignement et la gestion des troupes. Les soldats du roi, peu nombreux, sont secondés par les importants effectifs du ban et des francs-archers, disponibles sur tout le territoire. La défense de la côte repose aussi sur l'artillerie. Des canons sont présents dans les principaux ports mais aussi autour des plus petites baies et plages capables d'accueillir les navires ennemis. L'efficacité de cette défense repose en grande partie sur les faiblesses des assaillants. En effet, les difficultés liées à une approche par la mer ont un impact sur le choix des objectifs militaires, sur la capacité à combattre et sur l'équipement des adversaires. Autant de contraintes qui avantagent l'artillerie et la noblesse bretonne.