La culture du seigle à Dourges (59, France) à l’époque Romaine
2014
Marie Derreumaux

Extrait de : "Histoire de l’alimentation humaine : entre choix et contraintes (édition électronique)"
Sous la direction de Sandrine COSTAMAGNO ; 138e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Émilie Gauthier, Vincent Bichet, Charly Massa, Bianca Perren, Hervé Richard, Louis Chaix, Frédéric Alexandre, Alain Génin, José Luis San Emeterio, Marie Derreumaux, Benoît Clavel, Christine Cercy, Yvon Dreano, Anne Bardot-Cambot & Vianney Forest, Marie-Yvane Daire, Loïc Langouët, Sandrine Costamagno, Jean-Philippe Rigaud, Marie-Cécile Soulier, Delphine Kuntz, Jessica Lacarrière, Jean-Christophe Castel, Céline Bemilli, Miguel Biard, Christine Chaussé, Klet Donnart, Yves Truel, Pierre-Emmanuel Paris, Florian Jedrusiak, Nolwenn Kerbastard, Marie-Madeleine de Cevins, Noëlle Icard, Anne-Violaine Szabados, Sophie Dulucq, Célimène Mussini, Olivier Buchsenschutz, Véronique Zech-Matterne, Pierre Mathelart, Alessio Bandelli, Ginette Auxiette, Christiane Demeulenaere-Douyère, Sophie Bresc-Litzler
Paris, Éditions du CTHS
2014
p. 57-69
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
L’opération archéologique de Dourges « Plateforme Multimodale Delta 3 » (59) a mis au jour des occupations laténiennes, romaines, et médiévales qui ont fait l’objet d’études archéobotaniques. Le seigle est présent dès la Tène ancienne, mais sa culture à Dourges n’est avérée qu’à partir de la période romaine. Nous nous sommes interrogés sur les motivations qui ont présidé à l’exploitation du seigle. Les préférences édaphiques des mauvaises herbes ont été mises en parallèle avec les facultés d’adaptation du seigle aux terrains acides et sablonneux, tels qu’ils se rencontrent à l’est du site.
Le choix d’une nouvelle céréale, mieux adaptée à une partie des terres exploitées, témoigne d’un certain opportunisme, mais les qualités fourragères, artisanales et culinaires du seigle ont été vraisemblablement prises en compte.