Une partie de chasse à l’Aurochs il y a 10 000 ans. Le Locus 28704 d’Alizay (Eure, France)
2014
Céline Bemilli, Miguel Biard, Christine Chaussé, Klet Donnart

Extrait de : "Histoire de l’alimentation humaine : entre choix et contraintes (édition électronique)"
Sous la direction de Sandrine COSTAMAGNO ; 138e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Émilie Gauthier, Vincent Bichet, Charly Massa, Bianca Perren, Hervé Richard, Louis Chaix, Frédéric Alexandre, Alain Génin, José Luis San Emeterio, Marie Derreumaux, Benoît Clavel, Christine Cercy, Yvon Dreano, Anne Bardot-Cambot & Vianney Forest, Marie-Yvane Daire, Loïc Langouët, Sandrine Costamagno, Jean-Philippe Rigaud, Marie-Cécile Soulier, Delphine Kuntz, Jessica Lacarrière, Jean-Christophe Castel, Céline Bemilli, Miguel Biard, Christine Chaussé, Klet Donnart, Yves Truel, Pierre-Emmanuel Paris, Florian Jedrusiak, Nolwenn Kerbastard, Marie-Madeleine de Cevins, Noëlle Icard, Anne-Violaine Szabados, Sophie Dulucq, Célimène Mussini, Olivier Buchsenschutz, Véronique Zech-Matterne, Pierre Mathelart, Alessio Bandelli, Ginette Auxiette, Christiane Demeulenaere-Douyère, Sophie Bresc-Litzler
Paris, Éditions du CTHS
2014
p. 170-187
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Une fouille archéologique de 12 ha réalisée dans la carrière Lafarge à Alizay (Eure) sous la direction de C. Marcigny a permis la mise au jour en 2010 de trois locus attribuables à l’extrême fin du Paléolithique supérieur datés entre 9960 ± 40 BP et 10100 ± 40 BP. Cette contribution porte exclusivement sur les résultats préliminaires de la fouille d’un des locus réalisée par M. Biard en 2012. Les travaux sur le locus 28704 ont révélé une occupation particulièrement bien structurée, composée de restes lithiques et fauniques bien conservés. Aux Aurochs largement dominants est associé un unique bois de chute de Renne dont la présence soulève certaines questions. L’organisation spatiale exceptionnelle des vestiges, la présence de plusieurs animaux indiquent clairement une occupation de courte durée orientée sur l’acquisition et le traitement du gibier. L’éventail des contraintes techniques générées par cette activité est abordé et contribue à la connaissance des modes de vie des Belloisiens.