Les productions vivrières des agglomérations secondaires gallo-romaines du Bassin parisien : l’exemple de Châteaubleau (Seine-et-Marne - 77)
2014
Florian Jedrusiak

Extrait de : "Histoire de l’alimentation humaine : entre choix et contraintes (édition électronique)"
Sous la direction de Sandrine COSTAMAGNO ; 138e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Émilie Gauthier, Vincent Bichet, Charly Massa, Bianca Perren, Hervé Richard, Louis Chaix, Frédéric Alexandre, Alain Génin, José Luis San Emeterio, Marie Derreumaux, Benoît Clavel, Christine Cercy, Yvon Dreano, Anne Bardot-Cambot & Vianney Forest, Marie-Yvane Daire, Loïc Langouët, Sandrine Costamagno, Jean-Philippe Rigaud, Marie-Cécile Soulier, Delphine Kuntz, Jessica Lacarrière, Jean-Christophe Castel, Céline Bemilli, Miguel Biard, Christine Chaussé, Klet Donnart, Yves Truel, Pierre-Emmanuel Paris, Florian Jedrusiak, Nolwenn Kerbastard, Marie-Madeleine de Cevins, Noëlle Icard, Anne-Violaine Szabados, Sophie Dulucq, Célimène Mussini, Olivier Buchsenschutz, Véronique Zech-Matterne, Pierre Mathelart, Alessio Bandelli, Ginette Auxiette, Christiane Demeulenaere-Douyère, Sophie Bresc-Litzler
Paris, Éditions du CTHS
2014
p. 218-228
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Depuis environ cinquante ans, les fouilles menées sur les bourgs gallo-romains se sont multipliées. Les connaissances sur leur organisation se sont peu à peu enrichies comme en témoigne un petit nombre de travaux de synthèse développés récemment sur le sujet. Cette évolution n’empêche pas d’importantes zones d’ombre de subsister. La compréhension des agglomérations gallo-romaines se résume encore trop souvent aux grands ensembles (sanctuaire, théâtre, etc.), à la voirie, aux équipements et aux structures bâties des parcelles d’habitation dont l’organisation interne échappe encore largement à notre entendement. Certaines sont en effet occupées par de vastes zones non bâties dont l’archéologie peine à préciser la fonction, en l’absence de données probantes. Tout en se situant dans la continuité des études antérieures, ce sujet propose d’aborder des thèmes de recherches inédits, afin de mieux cerner la réalité de l’habitat durant l’Antiquité, d’expliquer la fonction des espaces non bâtis, le système d’approvisionnement, le rôle des agglomérations dans celui-ci et, enfin, la place des productions vivrières au sein de ce système.