Metz : une « ville du vin » confrontée au petit âge glaciaire à la fin du Moyen Âge (vers 1400-1540)
2014
Laurent Litzenburger

Extrait de : "Les Boissons (édition électronique)"
Sous la direction de Patrick Demouy
Actes du 138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de ‘Ada Acovitsioti-Hameau, Frédérique Durand, Nicolas Garnier, Lionel Izac-Imbert, Laurent Litzenburger, António José Marques da Silva, Fany Maury, Romain Thinon
2014
p. 35-50
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, la cité de Metz est une véritable « ville du vin » du sillon mosellan. Le poids de cette activité économique majeure transparaît dans les sources narratives (Annales du curé de Saint-Eucaire, Chroniques de Philippe de Vigneulles et Jacomin Husson, Journal de Jehan Aubrion) comme dans les sources administratives (archives municipales de Metz, séries BB et CC). La viticulture souffre notablement, à cette époque, des aléas climatiques du petit âge glaciaire. Les fluctuations des rendements et de la qualité des vins jouent un rôle moteur dans la formation des prix, qui dépendent à la fois de facteurs structurels et conjoncturels. Ces difficultés répétées obligent les autorités municipales à contrôler de plus en plus fermement le marché local, les importations et les exportations, mais également à autoriser de nouveaux modes de consommation, politique sociale qui constitue une forme ultime d’adaptation aux changements climatiques à cette époque.