L’alimentation carnée, marqueur social : l’exemple des fouilles du clos de l’abbaye Saint-Calixte de Cysoing (Nord, Ve-XVe siècle)
2015
Cécile Bouet

Extrait de : "Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique)"
Sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de Françoise Bayard, Serge Bianchi, Cécile Bouet, Catherine Chadefaud, Benoît Clavel, Christophe Cloquier, Hubert Delorme, Laure Gevertz, Arbia Hilali, Jean-Loup Lemaitre, Jérôme Louis, Federica Masè, Gersende Piernas
Éditions du CTHS
2015
p. 45-68
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Une opération de fouille préventive localisée sur l’ancienne emprise de l’abbaye Saint-Calixte a été réalisée en 2010. La documentation écrite permet de retracer les différentes étapes de développement du site, de sa naissance, au milieu du IXe siècle, à sa disparition, à la suite de la Révolution française. Entre les Ve-VIe et le XVe siècle, on constate une évolution de la diète carnée. À la période mérovingienne, l’alimentation est typique des sites ruraux de la région. À partir du IXe siècle, l’introduction de nouvelles espèces démontre une amélioration de la qualité de la viande, sans doute liée à l’installation du monastère et d’un habitat aristocratique. Aux XIIe-XIIIe siècles, un nouveau changement s’observe dans le régime des habitants du site. Cette légère transformation des habitudes alimentaires peut concorder avec le changement du statut des religieux de l’abbaye qui deviennent des chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin.