Pain et vin à la Voûte au milieu du XVe siècle : les obligations alimentaires des officiers d’un prieuré auvergnat
2015
Jean-Loup Lemaitre

Extrait de : "Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique)"
Sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de Françoise Bayard, Serge Bianchi, Cécile Bouet, Catherine Chadefaud, Benoît Clavel, Christophe Cloquier, Hubert Delorme, Laure Gevertz, Arbia Hilali, Jean-Loup Lemaitre, Jérôme Louis, Federica Masè, Gersende Piernas
Éditions du CTHS
2015
p. 133-146
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
En février 1450 (n. st.), les moines du prieuré conventuel clunisien de la Voûte (aujourd’hui Lavoûte-Chilhac, Haute-Loire) au diocèse de Saint-Flour, réunis en chapitre, décident, pour améliorer leur niveau de vie et le fonctionnement du monastère, de revoir les charges et obligations incombant à leurs officiers : prieur, obier, infirmier, chambrier, sacriste et chantre. Chacun rappelle ses obligations et s’engage à fournir sur les revenus de sa charge des prestations en nature selon les circonstances, mais aussi selon le temps liturgique. Ces prestations, qui peuvent parfois prendre la forme de fourniture de vêtements ou de luminaire, sont essentiellement faites de produits alimentaires pour les trois premiers officiers, le prieur, l’obier et l’infirmier, dominés certes par le pain et le vin, mais où l’on trouve aussi du poisson, de la viande, des légumes et quelques condiments.