Du briquet au banquet : se nourrir au travail aux XIXe et XXe siècles
2015
Gersende Piernas

Extrait de : "Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique)"
Sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de Françoise Bayard, Serge Bianchi, Cécile Bouet, Catherine Chadefaud, Benoît Clavel, Christophe Cloquier, Hubert Delorme, Laure Gevertz, Arbia Hilali, Jean-Loup Lemaitre, Jérôme Louis, Federica Masè, Gersende Piernas
Éditions du CTHS
2015
p. 173-189
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les Archives nationales du monde du travail conservent des archives d’entreprises, de comités d’entreprise, d’associations et de syndicats des XIXe et XXe siècles, dans lesquelles les questions relatives à l’alimentation sur le lieu du travail sont récurrentes. Pouvoir se nourrir au travail est un fait quotidien soumis à une réglementation spécifique : horaires, lieux, autorisation et/ou restriction alimentaires. Mais le lieu du travail peut aussi offrir des repas dans des circonstances particulières – cérémonies, fêtes, voyages, etc. –, où les menus sont soignés et la convivialité plus recherchée. Enfin, le lieu du travail peut aider à une consommation différée réservée aux seuls travailleurs par le biais des économats ou coopératives. À travers ces exemples du monde du travail s’offre ainsi un regard sur l’alimentation d’une partie importante de la population, à savoir la population active.