Fonction des poteries et alimentation au néolithique : une approche diachronique en Languedoc
2016
Julien VIEUGUÉ

Extrait de : "Les Cuisines (édition électronique)"
Sous la direction de François BLARY
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques

François BLARY, Stéphanie BARDEL, Régis BERTRAND, Bernard BODINIER, Catherine COUSIN, Marie-Noële DENIS, Camille DUSSOL, Thérèse-Marie HÉBERT, Yves HENIGFELD & Sarah GRENOUILLEAU, Florent JODRY, Sandrine KRIKORIAN, Bénédicte ROLLAND-VILLEMOT, Julien VIEUGUÉ, Yvonne-Hélène LE MARESQUIER
2016
p. 174-195
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Cet article vise à éclairer ce que l’étude des poteries associées à la cuisine et à la table pourrait apporter à la compréhension de l’alimentation des sociétés anciennes. Les recherches se sont focalisées sur le Néolithique. Cette période voit, en effet, s’instaurer de nouvelles habitudes alimentaires, impliquant dorénavant l’usage de vaisselles. L’enquête s’est parallèlement recentrée sur le Languedoc. Cette région était la seule à même de fournir en Europe occidentale une documentation suffisamment étoffée pour pouvoir approcher la composition des services en céramique sur près de cinq millénaires (à savoir de 5800 à 2300 av. J.-C.). L’analyse des assemblages de poterie a permis d’appréhender les manières de stocker, de préparer et de consommer les mets. Elle a, par ce biais, considérablement enrichi nos connaissances sur l’alimentation des sociétés néolithiques languedociennes pour laquelle nous disposions surtout d’informations sur le spectre des denrées consommées.