Se nourrir au XIXe siècle dans la montagne du comté de Nice
2016
Colette BOURRIER-REYNAUD

Extrait de : "Du terroir au garde-manger planétaire (édition électronique)"
Sous la direction de Gilles FUMEY
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques

Colette BOURRIER-REYNAUD, Yann BOUYRAT, Jérôme BURIDANT et Thomas FEISS, Colette JOURDAIN ANNEQUIN, Julien NOEL, Sylvie PELLERIN DRION, Fabrice PONCET, Ferenc TÓTH, Nessim ZNAIEN
2016
p. 9-21
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Cette enquête est astreignante à lire en raison de la multiplicité des chiffres et pourcentages qu’elle comporte, nécessaires pour apporter un témoignage anthropologique sur les modes de vie et l’économie montagnarde de notre département au xixe siècle. On y utilisait en majorité des produits locaux, d’où une grande économie financière. Le prix de revient des circuits commerciaux était ainsi annulé. La proximité entre lieu de production et de consommation évitait d’ajouter divers traitements chimiques de conservation qui nous font avaler aujourd’hui nombre de produits faisant grimper le prix de vente et pouvant à la longue devenir pathogènes.
Il en ressort également une parfaite adaptabilité des ménagères pour accommoder les produits de saison mais aussi valoriser leurs surplus en les mettant en conserve pour l’hiver grâce à des méthodes individuelles simples. Elles savaient aussi marquer la fête avec desserts, conserves de fruits ou boissons alcoolisées « maison ». On retrouve là ce qu’il est convenu d’appeler le régime méditerranéen, avec une grande capacité d’autonomie et de gestion des maîtresses de maison, tant au plan de la variété et de l’équilibre de leur cuisine que de l’économie réalisée grâce à l’utilisation préférentielle de produits locaux.