Prescrire et interdire : quelques réflexions sur les comportements alimentaires en Grèce ancienne
2016
Colette JOURDAIN ANNEQUIN

Extrait de : "Du terroir au garde-manger planétaire (édition électronique)"
Sous la direction de Gilles FUMEY
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques

Colette BOURRIER-REYNAUD, Yann BOUYRAT, Jérôme BURIDANT et Thomas FEISS, Colette JOURDAIN ANNEQUIN, Julien NOEL, Sylvie PELLERIN DRION, Fabrice PONCET, Ferenc TÓTH, Nessim ZNAIEN
2016
p. 49-59
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Du cannibalisme proscrit (mais présent dans les mythes et l’iconographie) au sacrifice sanglant au centre de la pratique alimentaire des Grecs, du détail des prescriptions rituelles à la vigueur de certains interdits (celui de la fève, par exemple, pour les Pythagoriciens), nous sommes au cœur de ces codes alimentaires par lesquels un groupe humain s’appréhende lui-même, définit sa condition d’existence, se situe par rapport aux animaux et aux dieux, par lesquels aussi, l’individu se pose face à la cité et à sa norme (lorsqu’il refuse, par exemple, la viande du sacrifice)... autant de problèmes qui placent l’alimentation au centre de la vie de la cité.