Dernières parutions du Cths
Dernières parutions du Cths
Sous la direction de Arnaud HUREL
Introduction de Nicole LEMAITRE
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Jean-Claude BONNEFONT, Claude-Isabelle BRELOT, Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE, Patrick DEMOUY, Arnaud DHERMY, Thierry LEFEBVRE, François LEFÈVRE, Simone MAZAURIC, Caroline NIESS-GUERLET, Jean-Paul ROTHIOT, Jean-Roger WATTEZ, Marianne ALTIT-MORVILLEZ, Évelyne BARBIN, Bernard DELAUNAY, Bruno DELMAS & Diane DOSSO, Ginette GABLOT, Monique GROS, Jean-François GUILLOT, Anne LOYAU, Cécile PARMENTIER, Sandra PÉRÉ-NOGUÈS, Pascal PIROT, Francis TOURNEUR, Nadine VIVIER, Falilah ADEDOKUN, François GASNAULT, Manon ISTASSE, Yanick LASICA & Dominique TRITENNE, Michel MIEUSSENS, Claude BOUHIER


En France, le CTHS est depuis 1834 expert dans la détermination de ce qui est ou non « savant », c’est-à-dire, dans l’esprit de François Guizot, ici présenté par Simone Mazauric, ce qui doit être fondé en raison et conduit par des méthodes indiscutables. Pourtant, on n’a pas attendu 1834 pour mettre sur le devant de la scène des « savants » reconnus comme tels de leur temps et se regroupant pour mieux appréhender des questions complexes. Si l’érudit peut être solitaire, le « savant » ne l’est jamais, car porté par un groupe d’amis, de collègues, de correspondants..., il répond à une requête sociale et travaille en réseau. Guizot a voulu s’appuyer sur les sociétés locales plutôt que sur les universités comme en Allemagne ; ce choix est révélateur d’une volonté de porter l’esprit scientifique partout dans les élites provinciales en s’appuyant sur des associations volontaires en plein essor au moment où il est au pouvoir. Pour Guizot en effet, il n’y a pas de savants sans réseaux scientifiques, sans groupes permanents ou non qui portent des questions et travaillent en émulation. Même si l’on sait que les Grecs les premiers ont su grouper les compétences, il n’est pas évident de décrypter qui appartient au cercle, au groupe d’amis, qui participe à la conversation et à l’élaboration en commun des solutions. Les historiens peuvent suivre ces réseaux dès lors qu’ils ont une documentation qui leur permet d’en cerner l’existence et d’en distinguer les participants : correspondances, échanges de manuscrits puis éditions, voire procès... Bien entendu, tout devient plus simple avec la multiplication de la documentation, c’est pourquoi la base de données collaborative du CTHS commence au XVIe siècle. Mais qu’est-ce qu’une science, qu’est-ce qu’un « savant », quels sont ses objets ? C’est cette interrogation qu’explorent tous les auteurs de ce volume.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
379 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 06/2017

  Table des matières au format pdf


Fondé par François Guizot en 1834, le Comité des travaux historiques et scientifiques est l’un des éditeurs français les plus anciens. Essais, études monographiques, instruments de recherche, actes de colloques, ses ouvrages constituent une bibliothèque de référence en sciences humaines. Ce catalogue des nouveautés est téléchargeable gratuitement au format PDF.

Catalogue CTHS
-
Parution : 04/2017
Sous la direction de Nicole Lemaitre
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Isabelle BLAHA, Yann BOUYRAT, Marie-Madeleine de CEVINS, Julia CONESA SORIANO, Cécile DUCHER, Laure HENNEQUIN-LECOMTE, Stéphane LECOUTEUX, Jean-Loup LEMAITRE, Sylvain LETEUX, Bruno MAES, Philippe MOULIS, Yafes UYARCI, Badreddine YOUSFI, Claire MALIGOT

Si le réseau désigne depuis longtemps en langue française le filet qui trie et rassemble, il permet aussi d’aborder des phénomènes sociaux que l’analyse des individus seule ne permettrait pas de visualiser. Il ne faut donc pas s’étonner que l’histoire religieuse ait utilisé très rapidement cet outil pour comprendre des regroupements d’individus qui sont au-delà de l’emprise des institutions religieuses parfois. La technique de l’analyse des réseaux, issue du monde anglo-saxon (le sociologue J. A. Barnes en 1954...), appartient aux méthodes les plus prometteuses de l’histoire qui les utilise depuis quelques années sous toutes ses facettes. Non seulement l’évolution de la graphique permet de visualiser de façon rigoureuse ce que nous livre la documentation mais l’expérience des historiens dans l’analyse des correspondances et des listes diverses depuis les temps médiévaux nous ouvre de nouvelles perspectives dans l’appréhension de phénomènes sociaux qui jusque-là étaient réservés à l’histoire des institutions, en tout cas pour les réseaux religieux qui nous sont présentés ici.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
172 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 12/2016

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Henri Bresc
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Émilie MARTINET, Éric LIMOUSIN, Lucile HERMAY & Jack ROSKILLY, Romain MARCHAND, Olivier LAFONT, Jean-Marie YANTE, Christophe CLOQUIER, Solange BAUDOUIN, Patrick BIRÉE, Ingrid HOUSSAYE MICHIENZI, Henri BRESC, Robert CHAMBOREDON, Marie HARDY, Bénédicte BRUN, Philippe JANSEN, Rosemonde LETRICOT, María Isabel QUINTANA MARÍN & Mary Luz MARÍN POSADA, Nathalie ALZAS, Jérôme LOUIS, Jean-Paul STREIFF, Lionel PICARD

Les communications des historiens de l’économie et de la politique au congrès de Reims ont manifesté l’intérêt de leur communauté pour la problématique des réseaux, quelquefois nouvelle pour eux. On retrouve l’insatisfaction vis-à-vis du schéma causal, des déterminismes économiques et sociaux qui ont dominé les sciences sociales et humaines, devant un monde chaotique, à l’organisation désordonnée et réfractaire, symbolisée dans les sciences dites dures par le mouvement brownien. La recherche des réseaux est donc une solution pour ordonner le chaos des relations multilatérales potentiellement infinies, rendre compte de l’incertitude, des choix, des risques pris, des changements de stratégie, des échecs plutôt qu’offrir un discours linéaire téléologique vers le succès.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
271 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 12/2016

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Claudine Vassas
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de Francis Adiko A., Roseline Bouchard, Albert Giraud, Jean-François Grongnet, Déborah Kessler-Bilthauer, Christophe Lavelle, Silvia Pérez-Vitoria, Pierre Raffard, Pacôme Tsamoye, Léopold Yao Y.

Cet ouvrage collectif rend hommage aux travaux pionniers qui ont permis à l’anthropologie de se distinguer comme un des champs de recherche les plus dynamiques en ce qui concerne les questions alimentaires. Il invite à poursuivre la réflexion sur la production et la circulation des ressources, sur la dimension identitaire et la valeur patrimoniale de la nourriture. Les études de cas réunies témoignent de l’évolution des regards, des savoirs et des pratiques autour de l’alimentation, dans et au-delà de nos frontières. Claudine Vassas est ethnologue, directrice de recherche émérite du Centre national de la recherche scientifique et membre du Laboratoire interdisciplinaire Solidarités, sociétés, territoires. Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés lors du 138e Congrès sur le thème « Se nourrir : pratiques et stratégies alimentaires ».

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
107 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 07/2016

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Gilles FUMEY
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Colette BOURRIER-REYNAUD, Yann BOUYRAT, Jérôme BURIDANT et Thomas FEISS, Colette JOURDAIN ANNEQUIN, Julien NOEL, Sylvie PELLERIN DRION, Fabrice PONCET, Ferenc TÓTH, Nessim ZNAIEN

Par où qu’on la prenne, la question alimentaire renvoie à celle des liens entre les mangeurs et leurs territoires, et à celle des marchés sur lesquels circulent plus des trois-quarts des nourritures qui sont proposées à table ou dans la rue. Ce qui signifie, d’un côté, la construction complexe d’un rapport au monde pour les humains vivant de biens cultivés et transformés par des sociétés qui ont leur identité, et d’un autre côté, l’exposition aux marchés qui connaissent des crises régulières succédant à des périodes d’abondance assez courtes et localisées. De ce fait, l’expression « manger, c’est incorporer un territoire » du géographe Jean Bruhnes dans les années 1930 signifie bâtir un rapport au monde dont l’histoire est une longue succession de famines et de disettes locales, de pénuries liées aux guerres, de sécheresses et d’inondations qui sont autant d’aléas pesant encore sur une très grande majorité de zones agricoles dans le monde aujourd’hui en regard de l’abondance alimentaire dans les pays du Nord.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
107 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 06/2016

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Sergio Dalla Bernardina
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de Catherine-Marie Dubreuil, Céline Emery, Yassine Kervella-Mansaré, Émilie Mariat-Roy, Maxime Michaud, Deborah Nadal, Christelle Pineau, Fabien Riera, Rita Vianello

De la nature à l’assiette, la question éthique traverse la chaîne alimentaire. L’origine des produits, le mode d’élevage, la préservation des ressources comptent parmi les préoccupations du mangeur contemporain. Cet ouvrage collectif étudie le retour aux valeurs sauvages dans les choix et les pratiques alimentaires. Le regard des ethnologues, posé sur une variété de territoires, de nourritures et d’usages, apporte un éclairage essentiel sur les représentations sociales et culturelles ainsi que les constructions symboliques et identitaires liées à l’alimentation. Sergio Dalla Bernardina est professeur d’ethnologie à l’université de Bretagne occidentale (Brest) et membre du Centre Edgar-Morin – Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain. Ses recherches portent notamment sur les représentations du milieu naturel et les rapports de l’homme à l’animal. Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés dans le cadre du 138e Congrès sur le thème « Se nourrir : pratiques et stratégies alimentaires ».

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
147 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 05/2016

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de François BLARY
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques

François BLARY, Stéphanie BARDEL, Régis BERTRAND, Bernard BODINIER, Catherine COUSIN, Marie-Noële DENIS, Camille DUSSOL, Thérèse-Marie HÉBERT, Yves HENIGFELD & Sarah GRENOUILLEAU, Florent JODRY, Sandrine KRIKORIAN, Bénédicte ROLLAND-VILLEMOT, Julien VIEUGUÉ, Yvonne-Hélène LE MARESQUIER

Le 139e congrès des Sociétés historiques et scientifiques qui s’est tenu à Rennes en avril 2013 a proposé comme thème général « Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires ». Les orientations données par l’argumentaire développé par Claude Mordant, président de la Section de Pré-Protohistoire et président du CTHS à l’époque, devaient donner au plus grand nombre de chercheurs de différentes spécialités l’opportunité de développer une approche à la fois diachronique et interdisciplinaire. Les productions des chercheurs réunis au sein du thème « Cuisine » s’inscrivent ici en parfaite adéquation avec ce souhait initial.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
204 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 04/2016

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Claude MORDANT, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE et Denis VIALOU
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nîmes, 2014)

Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU
Inès DOMINGO, Sally MAY, Claire SMITH, Patrick PAILLET, Elena MAN-ESTIER, Romain PIGEAUD, Florian BERROUET, Estelle BOUGARD, Primitiva BUENO RAMÍREZ, Rodrigo de BALBÍN BEHRMANN, Rosa BARROSO BERMEJO, Philippe HAMEAU, Maddalena CATALDI, Estelle GAUTHIER et Jean-François PININGRE, Hervé GRUT, Vincent GEORGES, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Gilbert-Robert DELAHAYE



L’homme du troisième millénaire doit faire un effort considérable pour analyser des sociétés où les moyens de communication n’ont rien à voir avec ceux dont il dispose à ce jour. Les articles regroupés ici traitent de ces communications qui ont prolongé la parole et la mémoire dans la majorité de la population mondiale jusqu’à une date récente. Les grottes ornées, les mégalithes, les mises en scène funéraires, les décors soignés ou les simples grafitti sur des objets de la vie courante, sont autant de messages difficiles à décrypter aujourd’hui. Les quelques exemples retenus illustrent les choix de chaque culture, avec leurs représentations symboliques, réalistes ou idéalisées dont la forme reste très attachée à la culture orale

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
188 p. I 21 x 29,5 I ill. -
Parution : 01/2016

  Table des matières au format pdf
Michèle COLTELLONI-TRANNOY
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014

Darya PEVEAR, María-José ESTARÁN-TOLOSA Irina FALKOVSKAYA, Moreno CAMPETELLA, Éliane ITTI, Andrea BRUSCHI, Jan VANDERSMISSEN, Pierre FABRE

L’éventail des articles qui ont examiné les problématiques liées à la traduction est particulièrement large : du point de vue chronologique, puisqu’ils intéressent des pratiques observées depuis l’époque suméro-akkadienne (Ier millénaire avant J.-C.) jusqu’au xxe siècle ; du point de vue typologique, dans le sens où ils concernent des textes religieux, littéraires, médicaux, des récits de voyage ou des manuels d’acquisition des langues étrangères comme des documents épigraphiques de l’Antiquité romaine ; enfin les objectifs qui sous-tendaient leur existence étaient aussi bien scientifiques que politiques et, dans tous les cas, les enjeux dépassaient largement le simple souci de trouver le mot juste et le désir de toucher un public autre que celui de la « langue source ».

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
89 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 11/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Dominique BRIQUEL et Françoise BRIQUEL CHATONNET
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014
Jacques MONTREDON, Jean LAFITTE, Olga POPOVA, Dominique BRIQUEL, Coline RUIZ DARASSE, Françoise BRIQUEL CHATONNET, Chérif SINI, Carole ROCHE-HAWLEY, Roland ÉTIENNE, Virginie VIGNON, Nicole PRADALIER

Le dossier présenté ici rassemble des communications prononcées lors du colloque de Nîmes en 2014 consacré au thème « Langages et communication ». Ici, il est essentiellement question de l’écriture à travers une approche phénoménologique, en tant que moyen de communication affiché, mais aussi comme marqueur de prestige, d’identité, comme moyen de communication dans le choix même de la forme, au-delà même du contenu du message. Une écriture s’affirme comme une simple retranscription visuelle d’un message oral, selon un code commun entre le locuteur et le destinataire, et qui permet au message de défier les barrières de l’espace et du temps. Définie comme cela, elle semble un outil parfaitement neutre. Les communications ici rassemblées montrent qu’il n’en est rien et que tout un message implicite est présent également dans le choix même d’écrire, dans la forme dans laquelle se coule le message écrit et que sont à l’œuvre ici des choix qui n’ont rien de neutre.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
140 p. I 21 x 29.7 I ill. -
Parution : 10/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Cécile SOUCHON
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014
Alain COUTELLE, Marie-Pierre DAUSSE, Nicolas JACOB Suzanne DÉBARBAT et Émilie KAFTAN, Vincent MARCHAL Monique PELLETIER, Robert PORRET

Les sociétés humaines n’ont jamais manqué d’imagination pour faire passer la communication, non seulement par le langage émis et entendu, mais aussi par des signes graphiques qui, pour silencieux qu’ils soient, n’en véhiculent pas moins un message compréhensible pour ceux à qui ils sont adressés ou ceux qui se les approprient.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
113 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 09/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de François Bart
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Michel Bourrier, Colette Bourrier-Reynaud, Jean-Claude Roux, Clémentine Thierry

À travers trois études, ce recueil d’actes du 136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques apporte un éclairage sur la construction et l’identité de territoires en temps de guerre et en temps de paix.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
47 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 07/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Jean DUMA
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014

Nicole BOELS-JANSSEN, Françoise BAYARD, Sandrine KRIKORIAN, Fernando SUAREZ GOLAN, Éric TEYSSIER, Chrystel LUPANT, Philippe CHAREYRE, Jean-Pierre BAT et Émeline SEIGNOBOS, Sabine TEULON LARDIC, Sonia ZERBIB, Blandine SILVESTRE

Dire que les formes de communication sont extrêmement diverses, c’est énoncer une évidence, voire émettre une banalité ou une platitude. Elles utilisent différents vecteurs. L’écrit ou la parole y apparaissent comme des éléments fondamentaux et l’image également joue un rôle précoce. Mais la communication non verbale, surtout dans les sociétés qui ne maîtrisent que partiellement l’écrit et qui sont peu alphabétisées, a une très grande importance et prend des chemins très divers : association du geste, volontaire ou non, à la parole ; usage des codes : couleurs, musique, bruits, gestes, signaux à distance ; usage des symboles dont il est intéressant de suivre à la fois l’origine et le devenir et comment ils ont pu être réappropriés par des sociétés différentes de celles qui les ont mises en circulation.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
150 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 06/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Guylaine BRUN-TRIGAUD
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014

Ana Isabel BLASCO TORRES, Christel FREU, Michel CHRISTOL, Michel BANNIARD, Jean-Loup LEMAITRE, Marie Rose BONNET, Gabriel AUDISIO, Bernard THOMAS, Régis BERTRAND, Hervé TERRAL, Marie-Jeanne VERNY, Marie-Noële DENIS, Houssine SOUSSI, Claire TORREILLES, Jean-Roger WATTEZ, Serge LUSIGNAN, Camille DESENCLOS, Annie LAGARDE FOUQUET, Annette NOGARÈDE, Regina POZZI, Isabelle-Rachel CASTA, Pascal SEMONSUT, Michel A. RATEAU

« Contacts, conflits et créations linguistiques » a été l’un des thèmes porteurs au sein du Congrès de Nîmes : plus de trente interventions ont été entendues, et vingt-trois auteurs nous ont confié leurs textes qui sont réunis ici. Cet ensemble s’articule autour de deux sujets qui ont fédéré de manière plus ou moins importante les intervenants : d’une part les notions de diglossie et de bilinguisme qui figuraient dans l’appel à communication ont été particulièrement fécondes et d’autre part, la notion de création lexicale qui a apporté des contributions originales. Quelques mots sur ces notions : dans un premier temps, diglossie et bilinguisme ont été confondus avant d’être distingués en sociolinguistique par Ferguson et Fishman (pour plus de détails, cf. ici même Soussi). La diglossie rendrait compte plus précisément de la situation de certaines langues ou variétés linguistiques d’une même langue sur un territoire donné, où, par suite d’événements politiques, historiques ou sociaux l’une des langues ou variétés a acquis un statut supérieur à l’autre (ex. en France : français standard vs parlers d’oc ou d’oïl). Tandis que le bilinguisme s’appliquerait à des situations où deux langues cohabitent sans qu’il y ait de rapport de force (ex. la Suisse). Voilà pour la théorie. Dans la pratique, il semble que les choses soient plus nuancées que cela. D’ailleurs, la grande majorité des textes qui suivent nous montrent que quelles que soient les époques, il y a toujours des cohabitations plus ou moins consensuelles ou plus ou moins conflictuelles. Évidemment à époques anciennes, il s’agit de traces écrites qui ne nous disent pas tout des pratiques orales, ces dernières étant bien sûr plus documentées aujourd’hui.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
270 p. I 21 x 29.7 I ill. -
Parution : 05/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Patrick Corbet
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Dominique Adrian, Julien Avinain, Claude Bouhier, Henri Bresc, Judith Förstel, Hubert François, Dominique Laurent, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Bruno Sintic

Ce recueil d’actes du 137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble neuf contributions qui éclairent la thématique de la composition urbaine, essentiellement dans la France médiévale après l’an mille. À travers notamment l’étude de la dénomination des villes nouvelles, de l’adaptation aux sites géographiques, de l’archéologie de la ville et de la maison, des reconstructions de la fin du XVe siècle, les auteurs interrogent le rôle des autorités politiques dans le développement urbain.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
99 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 03/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Dominique POULOT
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Marlène DELSOUILLER, Delphine DURAND, Sandrine KRIKORIAN

Ce volume, dans sa diversité, témoigne d’un ensemble de réflexions communes à propos des représentations artistiques des nourritures terrestres et idéelles : les pratiques alimentaires manifestent une satisfaction, une plénitude, ou, au contraire, un mal-être, un échec ou un défaut, non seulement dans le rapport corporel, mais dans les principes. La privation de nourriture, ou au contraire son excès, révèlent et expriment à cet égard un état ou une position critique, et la perversion alimentaire est un vice, un blasphème ou un dérèglement apocalyptique. Les représentations de la nourriture tiennent un discours sur les valeurs et les bénéfices d’une vie vertueuse et d’une communauté en équilibre. À travers les bons usages, la consommation de nourriture témoigne de l’obéissance due aux autorités naturelles et spirituelles, comme de la participation à une communauté sociale. Le partage des plats dépasse, dans l’art médiéval et moderne de la chrétienté occidentale, la réalité exclusivement matérielle. À l’époque contemporaine, c’est peut-être Léon Bloy dans sa féroce exégèse des lieux communs qui se fit le témoin le plus remarquable d’une tradition perdue et de ses ressources polémiques contre le « bourgeois » – notamment à l’article « Il faut manger pour vivre » : « Je ne demande pas mieux que de manger, dit un pauvre diable, bien que la vie ne me soit pas douce, mais encore faut-il que j’aie quelque chose à me mettre sous la dent ».  Comment ne pas évoquer, en guise de conclusion de ces lectures à propos de représentations des nourritures, l’inscription du « repas gastronomique français » sur la liste UNESCO du patrimoine culturel immatériel ? La décision relève d’un mouvement significatif, puisque « le nombre des éléments relevant de la sphère culinaire protégés par l’UNESCO a fait plus que doubler à la session 2013 du patrimoine culturel immatériel », même si cette augmentation brutale n’est que le reflet d’une place extrêmement réduite du fait culinaire dans la liste : dix éléments sur près de 300 en décembre 2013. Mais l’élément immatériel français a ceci d’extraordinaire qu’il ne s’agit pas d’un mets particulier, d’un style de cuisine, non plus que d’un repas de commémoration ou de fête. Cette inscription se légitime d’une culture du goût, justifiée par la tradition écrite de la haute gastronomie et des arts de la table autant que par l’évocation des produits de terroir pour, à la fois, défendre l’alimentation à la française et promouvoir un système alimentaire durable. Les arts plastiques n’ont guère été convoqués à cette occasion, mais on peut penser qu’ils auraient pu l’être avantageusement, à considérer les pistes ouvertes ici.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
44 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 01/2015

  Table des matières au format pdf
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010

Annick BATARD, Ornella MELENDEZ, Sylvie NAIL, Jean-Noël CONSALES, Magali DESCHAMPS-COTTIN, Carole BARTHÉLÉMY, Valérie BERTAUDIÈRE-MONTÈS, Marie-Hélène LIZÉE, Marie GOIFFON, Émeline HATT et Vincent VLÈS, Alexandra BAIXINHO, Khadidja MANSOURI, Angelo BERTONI

Les huit communications réunies dans ce volume électronique ont été présentées au 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques à Neuchâtel en 2010. Elles constituent deux ensembles. Une première thématique s’intéresse à l’avenir des friches industrielles et propose différentes opérations visant à la reconquête des paysages. Annick Batard revient sur la transition opérée dans le bassin de Longwy et son passage de l’industrie sidérurgique vers « la civilisation du loisir ». Ornella Melendez aborde la reconversion du quartier de Poblenou à Barcelone à travers l’exemple du projet 22@. Sylvie Nail s’interroge sur la stratégie de la régénération urbaine mise en place à Liverpool. Jean-Noël Consalès, Magali Deschamps-Cottin, Carole Barthélémy, Valérie Bertaudière-Montès, Marie-Hélène Lizée et Marie Goiffon évaluent la place des friches agricoles à Marseille en s’appuyant sur les logiciels de géo-localisation sur Internet, et notamment Google Earth. Émeline Hatt et Vincent Vlès abordent la problématique de la station comme paysage urbain et touristique à travers deux cas d’études : la station de sports d’hiver de Gourette (Pyrénées) et la station balnéaire de Seignosse-Océan. Alexandra Baixinho revient sur les transformations industrielles et postindustrielles des bords du Tage à Lisbonne. Le second ensemble s’articule autour de techniques destinées à rendre la ville salubre. Khadidja Mansouri évoque l’Eau et le paysage urbain dans l’Antique Lambaesis. Plus proche de nous, Angelo Bertoni retrace le parcours du brésilien Saturnino de Brito (1898-1909).

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
116 p. I 21 x 29,7 I ill. -
Parution : 01/2015

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Pierre ZEMBRI ; 137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Nicolas COCHARD, Alain COUTELLE, Arnaud DHERMY, Marie DUSSIER, Jean-Louis ESCUDIER, Frédéric FERBER, Tommaso MELDOLESI, Francesca MORUCCI

Les réseaux techniques jouent un rôle non négligeable dans la composition urbaine, tant au stade de la conception des villes qu’à celui de leur transformation. De la ville antique à la ville contemporaine, avec des degrés de technicité et de diversité croissants, ils ont contribué à la localisation des agglomérations, à leur structuration, ainsi qu’à l’établissement de leur aire d’influence. Il convenait donc de les envisager à toutes les échelles et dans la diversité de leurs usages. Les contributions proposées pour le congrès de Tours ont permis d’en explorer plusieurs dimensions sans épuiser, loin de là, le sujet. N’ont par exemple pas été abordées les questions de la mise sous tension des villes par les réseaux, notamment du fait de leur saturation croissante, ni celles des réseaux comme éléments de construction de l’image de marque des villes via la monumentalité. Les contributions à cet ouvrage peuvent être réparties en deux grandes thématiques : desservir ou contourner les villes, structurer et transformer la ville en créant un paysage urbain spécifique.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
112 p. I 21 X 29.7 I ill. -
Parution : 12/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de François Bart
134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009
Textes de François Bart, Stéphane Blond, Annie Lenoble-Bart, Olivier Levasseur, Caroline Millot, Pierre Pinon

Ce recueil d’actes du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques présente différents acteurs de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire qui, par leur action, ont marqué les paysages et la manière de les penser. Quelques exemples de figures célèbres ou méconnues nous feront voyager en France et en Afrique, du XVIIIe siècle à nos jours.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
63 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 12/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Patrick Demouy
Actes du 138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013
Textes de ‘Ada Acovitsioti-Hameau, Frédérique Durand, Nicolas Garnier, Lionel Izac-Imbert, Laurent Litzenburger, António José Marques da Silva, Fany Maury, Romain Thinon

L’histoire des boissons rencontre l’histoire des techniques, des traditions, de l’économie, de la société, du goût. Lors du 138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, des spécialistes de différentes disciplines (anthropologues, archéologues, historiens, géographes...) se sont notamment intéressés à l’eau, à la bière et au vin.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
75 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 12/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Louis Bergès, Eva Bigando, Bernadette Blanchon, Mathieu Bonnefond, Laure-Agnès Bourdial, Serge Briffaud, Aline Brochot, Eliseu Carbonell, Juliette Carré, Laine Chanteloup, Joël Chatain, Bernard Davasse, Marie-Noële Denis, Gemma Domènech Casadevall, Vanessa Fernandez, Federico Ferretti, Christophe Gauchon, Alain Génin, Alexis Gonin, Monique Gros, Brice Gruet, Mohamed Hamdi, Jean-Pierre Husson, Véronique Laporte, Sandrine Lavaud, Nicolas Lefort, Guy Lempérière, Colette Merlin, Brigitte Naviner, Justine Pasquier, Pierre-Yves Péchoux, Yves Petit-Berghem, Cyril Polycarpe, Chloé Rosati-Marzetti, Sylvie Servain-Courant, Luís Silva, Thierry Simon, Nina Soulimant, Meritxell Sucarrat Viola, Clémentine Thierry, Bart Tritsmans, Céline Tritz, Jean-René Trochet, Antoine Veyriras

Lors du 135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, des spécialistes de différentes disciplines ont échangé leurs points de vue sur l’identité et la valeur patrimoniale du paysage. Cet ouvrage rassemble leurs recherches dans les domaines de l’anthropologie, l’architecture, l’ethnologie, la géographie, l’histoire, la sociologie, l’urbanisme...

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
510 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 09/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Sandrine COSTAMAGNO ; 138e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Émilie Gauthier, Vincent Bichet, Charly Massa, Bianca Perren, Hervé Richard, Louis Chaix, Frédéric Alexandre, Alain Génin, José Luis San Emeterio, Marie Derreumaux, Benoît Clavel, Christine Cercy, Yvon Dreano, Anne Bardot-Cambot & Vianney Forest, Marie-Yvane Daire, Loïc Langouët, Sandrine Costamagno, Jean-Philippe Rigaud, Marie-Cécile Soulier, Delphine Kuntz, Jessica Lacarrière, Jean-Christophe Castel, Céline Bemilli, Miguel Biard, Christine Chaussé, Klet Donnart, Yves Truel, Pierre-Emmanuel Paris, Florian Jedrusiak, Nolwenn Kerbastard, Marie-Madeleine de Cevins, Noëlle Icard, Anne-Violaine Szabados, Sophie Dulucq, Célimène Mussini, Olivier Buchsenschutz, Véronique Zech-Matterne, Pierre Mathelart, Alessio Bandelli, Ginette Auxiette, Christiane Demeulenaere-Douyère, Sophie Bresc-Litzler

L’alimentation humaine résulte d’un jeu d’interactions multiples, besoins physiologiques, déterminismes génétiques, systèmes économiques, techniques, symboliques, interactions et usages sociaux, apprentissage, croyances, etc. qui prend racine dans le plus lointain passé de l’humanité. Malheureusement, les archives qui nous sont parvenues permettent rarement de saisir toute la complexité du système du fait des représentations sociales qui dictent les comportements alimentaires (Lalhou 1998). En tant que préhistorienne, spécialiste des faunes paléolithiques, cette dialectique entre les choix et les contraintes alimentaires nous a encouragée à organiser ce colloque « Histoire de l’alimentation humaine : entre choix et contraintes » dans le cadre du 138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques de Rennes en 2013. Résolument interdisciplinaire, ce colloque a abordé l’alimentation humaine sous un angle systémique afin de discuter des différents facteurs qui la régissent et de la façon dont ils ont pu évoluer au cours du temps. Plutôt que de se restreindre à une période particulière, nous avons fait le choix de traiter de ces questions sur le temps long, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. Bien sûr, l’ambition de ces journées n’était pas de brosser un tableau exhaustif de l’alimentation humaine à travers les âges comme d’autres tels J.-L. Flandrin et M. Montanari (1996) ont pu le faire, mais plutôt d’offrir aux différentes communautés scientifiques concernées (archéologues des périodes préhistoriques et historiques, historiens, géographes, ethnologues) de nouveaux éclairages en regard des approches et des résultats propres à chacune de ces disciplines. Parmi la trentaine de communications présentées, seize sont aujourd’hui regroupées dans ce volume qui a été enrichi de six contributions issues de deux autres sessions du Congrès (« L’espace des ressources » et « Nourritures et produits du littoral »).

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
339 p. I 21 x 29.7 I ill. -
Parution : 09/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Didier Bouillon
129e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004
Textes de Jean-Pierre Deffontaines, Madeleine Griselin, Claire Marchand, Sébastien Nageleisen, Serge Ormaux, Bernard Rollet, Antonella Tufano-Vionnet, Philippe Valette, Jean-Claude Wieber

Le paysage n’est pas un organisme vivant au sens propre du terme. Il est cependant continuellement affecté par le temps qui passe et qui, sans cesse, le fait naître, changer, mourir même. Cette inscription dans le temps n’est pas simple car les naissances, les modifications et les disparitions sont à la fois physiques, psychologiques, culturelles et sociales. Ce phénomène qui, dans l’absolu, est unique, s’écoule inexorablement, de secondes en minutes, de mois en années, de siècles en millénaires. Issu des recherches présentées lors du 129e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, cet ouvrage présente méthodes et concepts liés au temps du paysage et propose de s’intéresser aux temporalités des éléments qui le composent.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
103 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 09/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Brigitte Bertoncello
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Pierre-Yves le Pogam, Lorena Alvares-Delgado, Anna Maria Sixto Barcia, Fernando Suarez Golan, Annie Lagarde-Fouquet, Roseline Salmon, Nicole Even, Anne Debal-Morche, Catherine Bernie-Boissard, Roméo Terral, Denis Martouzet et Katia Ox, Brigitte Bertoncello, Serge Bianchi, Marie-Noële Denis, Martial Cavatz, Julio Velasco


S’intéresser à la composition urbaine renvoie plus largement à la production de la ville et à ses acteurs. Bien que leur identité, leurs compétences et leur reconnaissance aient pu évoluer dans le temps, la distinction entre trois catégories d’acteurs reste une constante : l’ordonnateur (aujourd’hui le commanditaire), les techniciens chargés de la programmation et de la conception du projet et enfin les acteurs impliqués dans sa réalisation tant du côté des investisseurs privés que des populations qui vivent les territoires et peuvent à leur manière contribuer à leurs évolutions.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
212 p. I 21 x 29 I ill. -
Parution : 05/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Nicole LEMAITRE
138e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Rennes, 2013

Annick Batard, Guylaine Brun-Trigaud, Louis Bergès, Jean-loup D'hondt, Stavroula Kampougeri, Marie-pierre Zannier

Peut-on suivre le boire et le manger comme un thème littéraire classique ? Comment l’écrit, dévolu d’ordinaire aux satisfactions intellectuelles ou spirituelles peut-il parler du plaisir physique et des satisfactions du ventre ? Il y a bien sûr écrit et écrit : l’accueil des mots parlant des mets dépend des genres littéraires et des perspectives de leurs auteurs tout autant que des traditions culinaires locales.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
67 p. I 21 x 29,7 I Ill. -
Parution : 04/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Pierre Pinon
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Frédéric Alexandre, Philippe Boudon, Noëlle Choublier-Grimbert, Christiane Demeulenaere-Douyère, Alain Génin, Yannick Jambon, Caroline Lecourtois, Pierre Pinon, Marie Pottecher, Serge Thibault, Clémentine Thierry

Les formes de la ville sont des indicateurs de sa composition. Elles traduisent la mise en œuvre de programmes, les règles de la distribution du bâti et des espaces de circulation, l’affectation de fonctions spécifiques à certains lieux (commerce, administration, culte, loisirs). Les formes les plus évidentes sont repérables dans la trame viaire, le jeu des pleins et des vides, le contact de la ville avec ce qui l’environne (murailles, boulevards, rocades). Si la forme urbaine est une réalité matérielle, elle est aussi un mode de représentation et de singularisation de la ville, parfois stylisé. Cet ouvrage, issu du 137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, présente les travaux récents d’architectes, d’urbanistes, de géographes et d’historiens.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
133 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 03/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction d'Olivier Buchsenschutz, Olivier Dutour et Claude Mordant
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Gérard Bataille, Julio Bendezu-Sarmiento, Alexandre Beylier, Bruno Boulestin, Olivier Buchsenschutz, Alexandra Buzhilova, Marie-Hélène Días-Meirinho, Bernard Dedet, Émilie Dubreucq, Olivier Dutour, Henri-Paul Francfort, Eric Gailledrat, Rimantas Jankauskas, Jenny Kaurin, Sophie Krausz, Georges Marchand, Stéphane Marion, Sandra Péré-Noguès, Jean-François Piningre, Béatrice Vigié et Nicolas Rouzeau

La guerre et la paix aux périodes pré et protohistoriques sont des objets d’étude complexes. Pour tenter de les définir et de les caractériser, il faut s’intéresser à différents indices : les stigmates portés sur les ossements humains, la panoplie du guerrier (armes, témoins de violence...), les architectures défensives (enceintes, éperons barrés, remparts...) Suivant ces trois pistes de réflexion, quinze études de cas présentées lors du 136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques enrichissent la réflexion sur une archéologie de la violence.

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
232 p. | 21 x 29,7 cm | ill. -
Parution : 03/2014

  Table des matières au format pdf
Sous la direction de Jean-Luc CHAPPEY
Avec la collaboration de Vincent DENIS et Jean DUMA
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Françoise BAYARD, Fanny MION-MOUTON, Pascal EVEN, Ségolène de DAINVILLE-BARBICHE, Sophie RECLIN, Camille SALLÉ, Bernard BODINIER, Tatiana BAILLEUL, Lionel TRANI, Nicolas MEYNEN

Entre le XVIe et le début du XIXesiècle, l’affirmation du pouvoir de la ville et des citadins sur le territoire du royaume, puis de la nation, justifie le fait que l’espace urbain s’impose comme la scène centrale où se joue la confrontation entre les différentes institutions de pouvoir. On pourrait ainsi mettre au jour une évolution entre l’inscription dans la ville du XVIIe siècle d’une souveraineté politique (ou de souverainetés concurrentes) dont témoignent un décor et un réseau de symboles comme peuvent l’être les places royales de Lyon (Françoise Bayard) et le pouvoir d’une police médicale qui tend à s’affirmer, tout au long du XVIIIesiècle, selon des procédures analysées dans plusieurs contributions, autant à travers le rôle joué par des institutions hospitalières (Pascal Even, Fanny Mion Mouton) que dans les réflexions qui se cristallisent autour du déplacement des cimetières (Ségolène de Dainville-Barbiche, René Plessix). Certes, l’on constate des déplacements et des mutations tout au long de la période : la concurrence pour la conquête et le contrôle de l’espace urbain entre les instances religieuses et les pouvoirs militaires et municipaux se complexifie progressivement avec l’affirmation grandissante d’autres instances incarnées, par exemple, par la force de police ou le pouvoir médical. Les luttes ou, à l’inverse, les collaborations qui peuvent naître entre ces différents acteurs expliquent largement les mutations de l’espace urbain. Mais, loin de suivre un processus linéaire, ces logiques sont au contraire toujours susceptibles de retours en arrière ou de mises en cause qui justifient la nécessité de toujours prendre en compte le caractère pragmatique des processus de mises en ordre. Si les différents auteurs des contributions ont souvent privilégié l’étude des modalités de mise en ordre produites par une instance particulière (la médecine hygiéniste, l’armée, l’Église ou la police), ils ont cherché à mesurer les actions – plus ou moins efficaces – de ces instances non seulement sur les formes d’aménagement du paysage (déplacements des cimetières, illumination des rues comme le montre Sophie Reculin) mais aussi sur les pratiques et les usages de la ville par les différents groupes sociaux qui coexistent au sein d’un même territoire. On sait en effet que dès le xviie siècle, la ville s’impose comme un objet de spéculation scientifique: il s’agit de la quadriller, de la mesurer, de la cartographier et d’en faire l’inventaire de manière la plus exhaustive. Les « savants » (médecins, ingénieurs) s’imposent progressivement comme des acteurs majeurs dans les différents aménagements ou transformations des espaces urbains (création des hôpitaux, régulations des voies d’eau, voiries, déplacement des cimetières, problème de sécurité alimentaire). Dans la perspective de ce volume, il s’agit d’inscrire ces opérations dans des enjeux relevant plus de l’histoire politique et sociale : comment les savants participent d’un processus de mise en ordre du paysage urbain qui s’inscrit dans des enjeux plus généraux de « gouvernementalité » ?

Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
155 p. I 21 x 29.7 I ill. -
Parution : 02/2014

  Table des matières au format pdf


Fondé par François Guizot en 1834, le Comité des travaux historiques et scientifiques est l’un des éditeurs français les plus anciens. Essais, études monographiques, instruments de recherche, actes de colloques, ses ouvrages constituent une bibliothèque de référence en sciences humaines avec une trentaine de nouveautés paraissant chaque année. Pour découvrir les collections, cinq catalogues thématiques dans les domaines de l’anthropologie, l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie et la préhistoire sont disponibles auprès de l’éditeur. Le catalogue général des éditions est consultable sur le site Internet cths.fr

Catalogue CTHS
36 p. | 13 x 21 cm | ill. -
Parution : 02/2014
Code Sodis : F30847.6